La TAP a annoncé aujourd'hui qu'elle rejoindra le régime de soutien extraordinaire à la reprise progressive, entre le 01 et le 30 septembre, qui prévoit un mécanisme de réduction du temps de travail pour tous les travailleurs.

«TAP adhérera, dans la période du 01 au 30 septembre, au régime de soutien extraordinaire à la reprise progressive, réglementé aux termes du décret-loi n ° 46-A / 2020 du 30 juillet. Comme chacun sait, ce nouveau régime prévoit un mécanisme de réduction du temps de travail pour tous les travailleurs, et il n'y a pas de disposition de suspension du contrat de travail », lit-on dans un message aux salariés, envoyé aujourd'hui par le conseil d'administration. Administration des transporteurs aériens.

Les employés seront informés individuellement de la modalité qui leur sera appliquée.

Il s'agit d'une mesure qui, selon la direction de la TAP, vise à atténuer les conséquences de l'épidémie de covid-19 sur l'activité de la compagnie aérienne.

«À chaque instant, nous évaluons et adoptons les mesures appropriées pour en atténuer les conséquences respectives, tant au niveau de notre plan opérationnel qu'en termes de protection de l'emploi, dans le contexte actuel», lit le message aux collaborateurs.

L'entreprise précise également qu'elle connaît une reprise d'activité progressive, "qui est ajustée chaque fois que ces circonstances l'exigent", en tenant compte de l'évolution des mesures de restriction de la mobilité dans les pays où opère TAP et des signes de demande.

«La direction de TAP réitère qu'elle fera tout pour protéger les emplois, la santé et la sécurité de la famille TAP, et qu'elle reste pleinement engagée pour assurer la reprise, la pérennité et l'avenir de l'entreprise», assure-t-il.

Le 17 juillet, le Conseil des ministres a approuvé l'octroi d'un prêt d'un montant maximal de 1 200 millions d'euros à la TAP, conformément à la décision de la Commission européenne.

Outre le prêt rémunéré en faveur du groupe TAP de 946 millions, auquel ils peuvent ajouter 254 millions, sans toutefois que l'Etat soit tenu à sa disponibilité, les négociations visant l'acquisition, par l'Etat portugais, "de participations, droits patrimoniaux et une partie des paiements accessoires de l'actuel actionnaire de TAP SGPS, Atlantic Gateway, SGPS, Lda. ».

Ainsi, l'État portugais détient désormais une participation sociale totale de 72,5% et les droits économiques correspondants dans TAP SGPS, pour un montant de 55 millions d'euros.

MPE // EA