La Cour suprême fédérale (STF) du Brésil a décidé lundi que le ministère de la Santé devrait reprendre la divulgation des données cumulatives de la pandémie de covid-19 dans les 48 heures, contrairement à la décision du gouvernement.

Selon le portail d'informations G1, le juge Alexandre de Morais a pris la décision après avoir analysé une action présentée par les parties Rede Sustentabilidade, PSOL et PCdoB.

«(Je décide) d'ordonner au ministre de la Santé de maintenir, dans son intégralité, la diffusion quotidienne des données épidémiologiques liées à la pandémie (covid-19), y compris sur le site Internet du ministère de la Santé et avec le nombre cumulé d'occurrences, exactement comme cela a été fait jusqu'au le 4 juin dernier », écrit Morais, dans la décision.

Le juge a souligné, après avoir analysé les actions des parties, que la gravité de la pandémie oblige les autorités à prendre toutes les mesures possibles pour soutenir et maintenir les activités du système de santé unifié.

«La gravité de l'urgence causée par la pandémie de Covid-19 oblige les autorités brésiliennes, à tous les niveaux du gouvernement, à mettre en œuvre la protection de la santé publique, avec l'adoption de toutes les mesures possibles pour soutenir et maintenir les activités du système. L'assurance maladie », a écrit Moraes dans la décision, citée par le site d'information G1.

Alexandre de Moraes a également souligné que la publicité est la règle dans l'administration publique, en plus d'être l'un des «vecteurs essentiels».

"La Constitution de la République fédérative du Brésil, du 5 octobre 1988, consacre expressément le principe de la publicité comme l'un des vecteurs essentiels de l'administration publique, lui donnant une priorité absolue dans la gestion administrative et garantissant un accès complet à l'information pour l'ensemble de la société" , a souligné.

Alexandre de Moraes a justifié sa décision par le «risque sérieux d'interruption brutale de la collecte et de la diffusion» des données.

Le ministère brésilien de la Santé a publié les données totales sur les personnes infectées, les décès et les courbes d'infection par région, par exemple, mais la semaine dernière, le gouvernement a modifié le formulaire et décidé de supprimer les données totales et de ne divulguer que les données des 24 dernières années. heures.

Le gouvernement de Jair Bolsonaro est revenu lundi pour divulguer les données de Covid-19 vers 18h30, heure locale (22h30 à Lisbonne), après avoir suscité la controverse en indiquant que les chiffres seraient publiés à la fin de la nuit. et en omettant les données accumulées depuis le début de la pandémie.

Le changement de méthodologie a provoqué des protestations dans différents secteurs, qui ont accusé le gouvernement brésilien de rendre l'accès à l'information plus difficile.

Le consortium de presse, composé de journalistes du G1, "O Globo", "Extra", "O Estado de S. Paulo", "Folha de S. Paulo" et UOL, a souligné lundi soir que le Brésil s'était inscrit 849 nouveaux décès dus à covid-19 au cours des dernières 24 heures.

Selon le consortium, le pays a enregistré 37 312 décès par covid-19 jusqu'à lundi.

Le Brésil est le deuxième pays au monde avec le nombre total de cas le plus élevé et le troisième avec le plus de décès, étant le foyer de la pandémie en Amérique latine.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 404 000 morts et infecté plus de sept millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon le bilan réalisé par l'agence française AFP.

DD (MYMM) // VM