A l’issue d’une audition par visioconférence avec le Président de la République sur l’état d’urgence, Rui Rio a déclaré que le PSD sera, comme toujours, favorable au renouvellement de ce cadre légal, et continuera à le faire s’il est nécessaire de prolonger jusqu’en mai, comme Marcelo Rebelo de Sousa et le Premier ministre l’ont déjà admis.

«J’interprète l’état d’urgence comme la base juridique nécessaire pour que le gouvernement prenne les mesures qu’il comprend, la base juridique nécessaire que je donnerai chaque fois que nécessaire. Ce qui est important pour les gens, ce n’est pas l’état d’urgence, mais les mesures spécifiques: si les magasins sont ouverts ou non, s’ils peuvent quitter la maison ou non », a-t-il déclaré.

A cet égard, le leader du PSD a déclaré que la principale préoccupation du parti dans l’analyse de la situation de la pandémie est l’évolution de l’indicateur qui mesure la transmission du covid-19, le R

« Je pense que j’ai le devoir d’alerter tous les Portugais que nous soupçonnons, mais cet indicateur est en hausse, s’il passe le 1 nous devons repartir selon ce qui est défini par le gouvernement », a-t-il prévenu.

Pour cette raison, a-t-il défendu, pour que le pays puisse continuer à avancer dans le plan de déflation, « il est important que le gouvernement n’échoue pas, mais aussi que tous les Portugais soient conscients qu’ils doivent respecter les règles ». .

« Nous avons déjà été témoins de quelques non-conformités, des gens ne portant pas de masques et se regroupant (…) Je pense que j’ai ce devoir en tant que politique d’aider à alerter les Portugais pour que chacun soit très strict avec lui-même », a-t-il déclaré.

Du côté gouvernemental, Rio a fait valoir qu’elle devait se concentrer sur le «contrôle aux frontières», en raison du danger d’importer de nouvelles souches du Brésil et d’Afrique du Sud, ainsi que sur des tests massifs et sur un processus de vaccination «dès que possible».

« Il y a une responsabilité pour le gouvernement d’agir, mais aussi pour chacun de nous », a-t-il prévenu.

Rio a regretté de voir des gens «dans la rue manquer à ce qu’ils savent depuis près d’un an» qui peuvent ou ne peuvent pas le faire, et s’est demandé si les autorités devraient renforcer l’application, a défendu une attitude mitigée.

«Plus de pédagogie, c’est ce que j’ai essayé de faire, mais au final, j’avoue que s’il y a des gens qui ne veulent pas se plier aux autorités, ils doivent agir. Il y a une loi, la loi doit être respectée », a-t-il défendu.

La période actuelle de l’état d’urgence était la 13e décrétée par le chef de l’Etat dans le contexte actuel de la pandémie des 19-covid et prendra effet jusqu’au 31 mars, commençant une nouvelle période de 15 jours, à compter du 1er avril.

Le président doit envoyer au parlement aujourd’hui un nouveau projet de décret de renouvellement de l’état d’urgence, qui sera débattu jeudi par les députés.

Au Portugal, 16 805 personnes sont décédées des 818 787 cas confirmés d’infection par le nouveau coronavirus responsable du covid-19, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

SMA (JPS) // JPS