Dans un communiqué publié aujourd’hui à l’issue de la réunion de la structure de surveillance de l’état d’urgence, le ministère de l’Administration interne (MAI) fait le point sur le contrôle effectué aux frontières aériennes et terrestres portugaises pour contenir la pandémie de covid-19.

Depuis le 1er avril, les personnes du Royaume-Uni, du Brésil, d’Afrique du Sud ou de pays avec 500 cas de covid-19 pour 100 mille habitants, comme la France ou l’Italie, et arrivant aux frontières portugaises sont obligées de remplir une période d’isolement prophylactique pour 14 jours.

Selon l’AMI, dans les aéroports et aux frontières terrestres avec l’Espagne, au 1er avril, 9106 personnes sont arrivées du Brésil, du Royaume-Uni, d’Afrique du Sud et de pays comptant 500 cas ou plus pour 100000 habitants, qui ont rempli le formulaire disponible lors du voyage. sef.pt pour la déclaration d’adresse pour l’isolement prophylactique.

La liste de ces pays comprend la Bulgarie, la République tchèque, Chypre, la Slovénie, l’Estonie, la France, la Hongrie, l’Italie, Malte, la Pologne et la Suède.

Cette mesure était déjà obligatoire pour les passagers arrivant au Portugal via les zones frontalières en provenance du Royaume-Uni, du Brésil et de l’Afrique du Sud.

Selon l’AMI, dans les aéroports, entre le 7 et le 31 mars, le service des étrangers et des frontières a informé les autorités sanitaires que 2 853 personnes du Brésil et 1 116 du Royaume-Uni étaient arrivées au Portugal.

D’Afrique du Sud, entre le 20 et le 31 mars, 117 personnes sont arrivées d’Afrique du Sud.

Dans la déclaration, MAI indique également que dans le cadre des règles établies pour les vols, en fonction de la situation épidémiologique dans les pays d’origine, contrôlées par SEF, aux aéroports de Lisbonne, Porto et Faro, 193220 passagers (2967 vols) en provenance des pays du Union européenne et espace Schengen, dont 1 340 n’avaient pas de preuve de dépistage de l’infection par le SRAS-CoV2.

Le ministère sous la tutelle d’Eduardo Cabrita indique également que 43 926 passagers (506 vols) en provenance de pays tiers sont arrivés aux aéroports, dont 179 n’ont pas présenté de preuve de dépistage de l’infection par le SRAS-CoV2.

Les passagers arrivant au Portugal sans le test de diagnostic doivent l’apporter à l’intérieur de l’aéroport avec des professionnels de la santé et doivent attendre le résultat à l’aéroport lui-même.

L’AMI avance en outre que dans le cadre de la restauration temporaire du contrôle des personnes aux frontières avec l’Espagne, la SEF et la Garde nationale républicaine ont contrôlé, entre le 31 janvier et le 6 avril, un total de 820510 citoyens et 712711 véhicules aux points de passage. autorisé (PPA).

Sur ces 820 510 citoyens, 6 475 ont été empêchés de traverser les points de passage autorisés.

La structure de suivi de l’état d’urgence suit et produit des informations régulières sur les mesures en vigueur sur le continent et dans le contexte de la pandémie, après s’être réunie mercredi pour la 24e fois depuis mars 2020.

A cette réunion, par visioconférence, les Secrétaires d’Etat des différentes zones de coordination gouvernementale et régionale ont participé, en plus des responsables de la GNR, PSP, SEF, Autorité pour la sécurité alimentaire et l’économie (ASAE), Autorité nationale d’urgence et civile Protection et forces armées.

Depuis le début de la pandémie, en mars 2020, 825633 cas d’infection par le nouveau coronavirus ont été diagnostiqués au Portugal et 16899 personnes sont décédées avec le covid-19, selon les dernières données de la direction générale de la santé (DGS).

CMP // JLG