« L’état de calamité qui sera renouvelé au début de ce mois », a déclaré Miguel Albuquerque à l’issue du débat sur l’État de la région, qui a marqué la fin de la 2e législature de l’Assemblée législative de Madère.

Le responsable du gouvernement madérien a souligné que « nous ne vivons pas dans des circonstances normales, mais dans des circonstances exceptionnelles, et c’est dans cette condition exceptionnelle que ce débat doit avoir lieu », abordant les mesures que l’exécutif régional a dû prendre.

Pour le chef de l’exécutif de la coalition PSD/CDS, dans ce débat, « la question qu’il fallait se poser était de savoir si le gouvernement et les institutions ont réussi, dans un cadre de difficultés et de contingences, à remplir l’essentiel ».

Albuquerque a souligné que Madère montre une certaine reprise dans le secteur du tourisme, avec l’ouverture du marché anglais et les perspectives de commencer à arriver des touristes allemands le 2 août, ce qui implique une augmentation du « contrôle » et du suivi de la situation pandémique.

Le leader insulaire a souligné la croissance observée dans certains secteurs, comme les entreprises technologiques, qui affichent une « augmentation exponentielle et emploient 700 jeunes », et l’arrivée de nomades numériques, en plus des hébergements locaux et de l’International Shipping Register.

« Nous sommes prêts à renforcer l’attractivité des investissements étrangers à Madère », a-t-il souligné, soulignant que « le modèle de développement économique de Madère n’est pas en cause, car c’est celui qui repose sur le soutien aux entreprises qui contribuent à la création de richesse et d’emplois ».

Pour le président du Gouvernement régional, ce débat sur l’Etat de la Région a montré que l’opposition madérienne « n’a aucune capacité, cohérence, ni aucune alternative aux politiques du gouvernement et de la majorité ».

Le député et chef du PSD/Madère, le plus grand parti d’opposition au parlement régional, a estimé que « le portrait de la région n’est pas la carte postale illustrée que le gouvernement régional a présentée » en plénière, défendant qu' »il est nécessaire de changer » et « affirmer l’autonomie et la démocratie dans le dialogue et la citoyenneté ».

Pour Paulo Cafofo, le cadre insulaire « est agile à distribuer des cagnottes » et à « trouver des boucs émissaires » à ses échecs.

Le socialiste a souligné que le plan de relance et de résilience « est une occasion unique de transformer Madère et ne peut pas être une autre occasion manquée ».

Le député Paulo Alves (JPP) a souligné comme un aspect positif de la gouvernance régionale « la stratégie de lutte contre le covid-19 », parier sur la vaccination.

Cependant, il a critiqué la dépense de l’exécutif insulaire, le fait d’utiliser la « stratégie dépassée » de tenir la République responsable des situations et de « cacher les erreurs du peuple, étant nécessaire de recourir aux tribunaux » pour avoir accès à l’information, comme s’est passé avec le JPP, qui a déjà déposé neuf actions à cet effet.

À son tour, le député unique du PCP, Ricardo Lume, a censuré le « modèle économique et social » mis en œuvre dans la région qui « profite aux élites », déclarant que « les Madériens ne sont pas condamnés à cette politique désastreuse du gouvernement régional PSD/CDS, car il y a une autre direction ».

Le leader parlementaire de la majorité PSD a souligné que l’opposition dans ce débat s’est comportée « comme s’il n’y avait pas eu de pandémie et une forte crise économique et sociale à Madère », qui a eu « un grand impact sur la vie des Madériens et sur les investissements » dans ce domaine. territoire.

Jaime Filipe Ramos a renforcé que l’exécutif madérien « n’a pas échoué, n’a pas hésité, pris des risques et pris les devants » dans la réponse à la pandémie, considérant que, si la région « était à la merci du gouvernement de la République, elle déplorerait plus de morts ».

Le chef de la formation CDS-PP, partenaire de la coalition gouvernementale, António Lopes da Fonseca, a reconnu que « tout ne va pas bien car la pandémie n’est pas encore terminée », arguant : « Ils préféreraient que Madère squatte plutôt que Lisbonne. Ne comptez pas sur Madère pour retourner à l’époque coloniale ».

AMB // MCL

Covid-19 : Madère renouvellera la calamité en août. Le contenu apparaîtra pour la première fois dans Vision.