L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est déclarée aujourd'hui préoccupée par la capacité du Brésil à gérer l'émergence de nouveaux cas de covid-19, mais a indiqué que, jusqu'à présent, le système de santé parvient à répondre à la situation.

Le directeur du programme OMS de gestion des urgences sanitaires, Michael Ryan, a déclaré que certaines des 27 unités fédératives du Brésil "mettaient beaucoup de pression sur le système de soins intensifs", certains endroits étant "à un stade critique".

«Oui, la situation au Brésil est préoccupante. Les 27 zones sont affectées. Il existe différents taux de transmission, des «points chauds» (points chauds) dans les zones à forte densité de population », a déclaré Ryan.

Selon l'Université John Hopkins, le Brésil approche désormais 41000 décès et totalise plus de 802000 cas confirmés de covid-19, étant le deuxième pays au monde avec le plus grand nombre de personnes infectées, après les États-Unis d'Amérique.

«D'une manière générale, le système de santé est sous pression, mais il parvient toujours à gérer le nombre de cas graves. Mais, comme la transmission des cas graves se poursuit, nous verrons », a plaidé le directeur.

Le président brésilien, Jair Bolsonaro, l'un des leaders les plus sceptiques à l'égard de la pandémie causée par le nouveau coronavirus, est venu qualifier les mesures d'isolement social adoptées par les gouverneurs du pays de contenir les progrès de la pandémie comme «absurdes» et a fait appel, quotidiennement, à la réouverture de l'économie.

Bolsonaro a également vivement critiqué l'OMS, ayant menacé la semaine dernière de retirer le pays de l'organisation, après avoir accusé l'entité d'agir de manière "politique", "partisane" et "idéologique" dans un moment de la pandémie de la covid-19.

«Je vais de l'avant ici, les États-Unis ont quitté l'OMS. Nous étudions cela, à l'avenir … soit l'OMS travaille sans parti pris idéologique, soit nous laissons là aussi. Nous n'avons pas besoin de gens de l'extérieur pour donner une idée de la santé ici », a déclaré Bolsonaro à l'entrée du Palácio da Alvorada, sa résidence officielle à Brasilia.

"Soit l'OMS cesse vraiment d'être une organisation politique et partisane, soit nous cherchons à sortir de là", a-t-il ajouté.

Bolsonaro se rapproche ainsi de la position prise par son homologue américain, Donald Trump, qui a déclaré fin mai que les États-Unis cesseraient de financer l'OMS et «redirigeraient les fonds vers d'autres besoins urgents et mondiaux de santé publique qui pourraient surgir ».

«Trump a coupé leur argent (argent) (OMS) et ils sont revenus sur tout. Il suffit de prendre l'argent et ils commencent à penser différemment », a déclaré Bolsonaro vendredi dernier, faisant référence au fait que l'organisation a repris les études cliniques avec l'hydroxychloroquine pour le traitement de la covid-19, un médicament fortement recommandé par le chef de l'Etat brésilien. dans la lutte contre la pandémie.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 421 000 morts et infecté plus de 7,5 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

MYMM // LFS

Covid-19: L'OMS montre son inquiétude pour le Brésil mais dit que le système de santé réagit apparaît d'abord à Visão.