L'OCDE considère que la pandémie de Covid-19 a laissé une traînée de conséquences économiques "désastreuses" dont il sera difficile de se remettre et estime que l'économie mondiale connaîtra une récession entre 6,0% et 7,6% en 2020.

Dans le rapport contenant les prévisions économiques mondiales publié aujourd'hui («Perspectives économiques»), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), déclare que Covid-19 a placé le monde face à la plus grande crise sanitaire et économique depuis la Seconde Guerre mondiale, créer des perturbations dans les systèmes de santé et le marché du travail et une «incertitude extraordinaire».

«Partout, les impacts économiques sont désastreux», souligne l'organisation dans le document, avertissant que «la reprise sera lente et la crise aura des effets à long terme, affectant de manière disproportionnée les personnes les plus vulnérables».

La situation a conduit l'OCDE à inclure deux scénarios «tout aussi probables» dans ses projections, l'un qui considère qu'il n'y aura pas de nouvelle vague de contagions de la maladie et un autre, plus négatif, qui suppose une deuxième vague d'ici la fin de cette année.

Dans le scénario le plus défavorable, l'OCDE prévoit que le PIB mondial chutera de 7,6%, entraîné par la récession prévue pour la plupart des pays, dont certains ont des prévisions de baisse à deux chiffres.

Dans ce cas, ce sont les pays européens les plus touchés par la pandémie, à savoir la France et l'Italie, pays pour lesquels l'OCDE prévoit respectivement une récession de 14,1% et 14,0%, en 2020, le Royaume-Uni (-14,0% ) et l'Espagne (-14,4%).

Avec une baisse en glissement annuel du PIB à deux chiffres, le Portugal (-11,3%), la Belgique (-11,2%), la République tchèque (-13,2%), l'Estonie et la Hongrie (les deux avec -10,0%) , Islande (-11,2%), Lettonie (-10,2%), Lituanie (-10,4%), Argentine (-10,1%) et Russie, Hollande, Nouvelle-Zélande et Suisse (toutes avec -10 , 0%).

La pandémie entraînera une récession de 8,5% dans l'économie américaine, tandis que pour l'Allemagne, l'OCDE prévoit une baisse de 8,8%.

Après une croissance de 6,1% en 2019, l'économie chinoise devrait reculer de 3,7% cette année.

Cette récession, sans précédent depuis les années 1930, devrait suivre une timide reprise de 2,8% en 2021.

Dans le scénario moins défavorable en termes d'évolution de covid-19, l'impact sur l'économie sera également substantiel, l'économie mondiale devant chuter de 6,0% cette année, suivie d'une croissance de 5,2% l'année suivante .

Ce contexte conduit l'économiste en chef de l'OCDE, Laurence Boone, à souligner que des politiques extraordinaires seront nécessaires pour trouver un équilibre vers la reprise de l'économie.

Cependant, dit-il, "même s'il y a une croissance dans certains secteurs, la plupart des activités resteront limitées pendant un certain temps".

LT // PNG