La ligne de soutien social aux travailleurs culturels comptera 34,3 millions d'euros, selon le programme de stabilisation économique et sociale (PEES), approuvé jeudi et publié samedi dans le Diário da República.

La ligne de soutien prévoit un univers de 18 mille bénéficiaires potentiels et ne concerne que «les activités correspondant aux arts du spectacle et soutenant les arts du spectacle, ainsi que les artistes et artistes du théâtre, du ballet, du cinéma, de la radio et de la télévision cirque », délimitant l'univers des travailleurs indépendants, des« artistes, auteurs, techniciens et autres professionnels des arts ».

Le texte PEES comprend également trois millions d'euros pour soutenir la reprise des «salles indépendantes», après la fermeture provoquée par la lutte contre la pandémie, et les 750 000 euros pour l'adaptation des «équipements culturels à but non lucratif» aux mesures de sécurité résultant de la Covid19.

Le montant de 30 millions d'euros de soutien à la programmation culturelle en réseau, annoncé en mai, sur la base du Fonds européen de développement régional (Feder), est également dans le PEES, une responsabilité partagée par les ministères de la Culture et des Sciences et Technologies.

Le PEES s'étend également à la mise en place du «statut intermittent (travailleur)», qui a eu la première réunion du groupe de travail vendredi, et à l'achèvement d'une «étude sur le secteur artistique au Portugal», annoncée par le ministre. de la Culture, Graça Fonseca, à l'issue de cette rencontre.

La ligne de soutien social pour les travailleurs de la Culture aura la prestation «versée en juillet et septembre, et le montant total (1316,43 euros) correspond à une aide équivalente à la prestation attribuée aux travailleurs indépendants (3x 438,81 euros), qui la valeur des autres avantages sociaux dont ils bénéficient est actualisée, ainsi que les rémunérations obtenues dans le cadre de leurs activités pendant la période d'attribution de l'aide ».

L'accès à ce montant détermine que les travailleurs sont ouverts depuis 2019, n'ont pas de dettes envers la sécurité sociale et les finances (jusqu'en février 2020), ni aucun autre soutien des organismes du ministère de la Culture, ni ne sont en «  licenciement ''.

Quant à la ligne d'équipements culturels indépendants, elle est destinée aux «théâtres, cinémas, cinémas, auditoriums culturels», «qui ne bénéficient pas d'un soutien public soutenu», du secteur.

«Son objectif est de soutenir financièrement la réouverture et la maintenance de ces équipements, dans tout le pays», après la «forte baisse des revenus» provoquée par sa fermeture, depuis mars, dans une reprise que le gouvernement reconnaît comme «lente et limitée» , compte tenu des «limitations imposées par la direction générale de la santé».

Le gouvernement alloue également 750 milliers d'euros, «à des équipements culturels à but non lucratif (non couverts par le Fonds de capitalisation des entreprises)», pour s'adapter à «lutter contre la propagation du coronavirus».

Les 30 millions d'euros pour la programmation culturelle en réseau avaient déjà été annoncés par le Premier ministre, António Costa, le 22 mai, après une réunion avec l'Association nationale des municipalités portugaises, et visent à promouvoir «la culture et au cours de cet été.

Le financement, au titre de cette ligne, peut atteindre 100% et s'adresse aux communes et aux "associations culturelles", qui présentent des projets "en partenariat", dans le cadre des "événements liés au patrimoine, à la culture et aux biens culturels", ou Des initiatives de «rayonnement et d'intégration territoriale» qui incluent des programmes culturels.

Concernant le «statut d'intermittent», à définir jusqu'à la fin de l'année, le diplôme fait référence au groupe de travail entre les ministères de la Culture, du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale et des Finances, avec la participation de représentants du secteur.

Ce groupe vise «l'analyse et la mise à jour des régimes juridiques en vigueur», qui encadrent les contrats de travail et le régime de sécurité sociale respectif des professionnels du spectacle, en termes de «conditions de travail, modalités des liens juridiques et contrats de travail, régime contributif, régime de reconversion professionnelle, accès au soutien social, régime fiscal ».

L'étude sur le secteur artistique au Portugal et les impacts de la crise à court et moyen terme sont également au PEES, car "les données qualitatives et quantitatives existant au Portugal sur le secteur culturel sont manifestement insuffisantes".

«Ce n'est pas une réalité récente», reconnaît le gouvernement, «mais c'est une réalité qui doit être modifiée, afin de mieux comprendre l'impact et le court et moyen terme de la crise causée par covid-19 et de planifier des mesures plus structurelles pour le secteur».

PEES entrera en vigueur cette année pour répondre à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

Le gouvernement approuvera mardi prochain, le 9 juin, la proposition de révision du budget de l'État de 2020, liée à la covid-19, qui reflétera le programme ouest.

MAG // MP