Dans une manifestation pacifique et silencieuse, les commerçants ont montré des pancartes avec les phrases «Pour vous payer, laissez-moi travailler» ou «Nous vendons de vieilles choses, mais nous ne sommes pas des chiffons», en référence au Conseil municipal de Lisbonne (CML).

S'adressant à l'agence Lusa, la porte-parole des spécialistes du marketing, Sandra Raposo, a déclaré qu'ils n'avaient eu aucune information de la municipalité concernant les réclamations, à l'exception de l'exonération fiscale en juillet.

«Nous n'avons aucune information de la mairie de Lisbonne. Le fait que nous soyons ici et demain au parc des expositions est dû au fait que nous voulons – bonnes ou mauvaises – des nouvelles du conseil municipal de Lisbonne », a-t-il déclaré.

Interrogée sur l'exemption du paiement des frais pour les mois au cours desquels ils étaient totalement sans activité en raison de la pandémie de covid-19, Sandra Raposo a déclaré que ce n'était pas vrai.

«Ce n'est pas vrai, car nous ne travaillions pas et ne payions pas. Ils (Câmara de Lisboa) nous ont dit qu'ils nous avaient rendu l'argent, mais jusqu'à présent ils ne nous l'ont jamais rendu », a-t-il souligné, avertissant qu '« il y a beaucoup de gens qui connaissent de graves difficultés financières », ainsi que« il y a des gens qui ont faim ».

Samedi, la municipalité a veillé à ce que les spécialistes du marketing soient dispensés de payer des frais pendant les mois au cours desquels ils étaient totalement en faillite en raison de la pandémie de covid-19, également en juillet.

«Le mois de juillet sera le même. Fermé en foire, ils ne paient pas de frais », a précisé la municipalité de Lisbonne, dans une note envoyée à l'agence Lusa, suite aux déclarations des commerçants du marché demandant que la municipalité rouvre la Feira da Ladra et qu'elle applique l'exemption des frais d'occupation du fait que ne fonctionnent pas.

Lors de la manifestation d'aujourd'hui, l'un des vendeurs présents était inquiet de la situation, estimant que le communiqué du conseil municipal de Lisbonne "pèche tard".

"Nous avons dû payer la taxe d'occupation pour le mois de mars et jusqu'au 20 juillet, nous avions l'obligation de payer pour le mois de juin", a déclaré Paula Pão Alvo, soulignant que "la Chambre de Lisbonne a exigé une série de bureaucraties, y compris la livraison modèle n ° 3 de l'IRS », afin de demander une exemption.

Pour le vendeur, la solution à la situation réside dans l'annulation automatique des frais, car à la réouverture de la Feira da Ladra, elle n'aura plus le même nombre de clients que par le passé.

«Ce que nous demandons, c'est une chose pratique, simple et efficace pour toutes les personnes qui participent au salon, c'est-à-dire l'exemption totale des frais d'occupation jusqu'à la fin de l'année», a déclaré Paula Pão Alvo, rappelant que les taux de vieillesse (environ 100 euros par mois) "sont plus ou moins accessibles", mais les tarifs artisanaux (environ 200 euros par mois) "sont très élevés".

A Lusa, la commerçante a également déclaré qu'elle était "dans un état de grande anxiété" pour l'avenir, car il n'y a pas de perspective d'organisation et de canal de communication entre les 320 commerçants et la collectivité.

À son tour, un autre vendeur a déclaré que les spécialistes du marketing doivent demander une exemption du paiement des frais par «courrier électronique» de la municipalité, mais beaucoup ne savent pas comment le faire.

«Cette exemption ne peut être demandée que par Internet, par le« courrier »du conseil municipal, c’est-à-dire que c’est la même chose que de dire qu’ils n’exempteront personne. Nous parlons d'une tranche d'âge de vendeurs Feira da Ladra qui ont un certain âge (environ 70 ans), qui n'ont pas accès aux réseaux sociaux, n'ont pas accès à Facebook, n'ont pas accès au «courrier» et ne savent pas » , a soutenu Carlos Cruz.

Le marketeur a déclaré avoir pris connaissance de l'exonération des paiements par le biais des informations de l'agence Lusa, samedi, après une manifestation symbolique au Largo do Campo de Santa Clara, soulignant que le processus devrait être automatique.

"Si nous étions automatiquement suspendus de la foire – ils ont suspendu la foire – alors le paiement des frais devrait être automatiquement suspendu, point final", a-t-il déclaré.

Comme Paula Pão Alvo, Carlos Cruz a également demandé que l'exonération fiscale s'applique jusqu'à la fin de l'année, garantissant que «ni le commerce ni la facturation» ne seront les mêmes qu'avant la crise pandémique.

Cependant, les spécialistes du marketing ont annoncé en début d'après-midi qu'ils enverraient au maire de Lisbonne, Fernando Medina (PS), une lettre ouverte avec une demande de clarification sur la situation actuelle.

Le champ de foire s'est concentré aujourd'hui sur l'Assemblée de la République, de 10h00 à 14h00, pour envoyer également ses revendications au parlement. Mardi, ils seront à nouveau à Feira da Ladra, de 08h00 à 14h00.

Le 25 juin, les foires de la zone métropolitaine de Lisbonne ont été annulées suite à l'évolution de l'épidémie de covid-19 dans la région.

JML (SSM / ASR) // ROC / MLS

Le contenu Covid-19: Les vendeurs de Feira da Ladra demandent une exonération des frais jusqu'à la fin de l'année apparaît en premier dans Visão.