"Le restaurant Vinhas d'Alho n'a pas payé les salaires de mars, avril et mai aux travailleurs", "Gardez Shinning du nettoyage des hôtels licencié des centaines de travailleurs" n'étaient que quelques-unes des dénonciations sur les affiches qui ont été affichées aujourd'hui par plusieurs dizaines de travailleurs dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration, boissons et similaires lors d'une action de protestation à Praça D. João I, dans le centre de Porto, où une résolution a été adoptée exigeant le paiement des salaires en souffrance et la réintégration des travailleurs licenciés pendant la pandémie de la convoitise -19.

Ana Catarina, employée d’une entreprise qui exploite des barres de train du CP, dit qu’elle ne comprend pas pourquoi elle est toujours en "licenciement" pour gagner 500 euros alors qu’elle pourrait reprendre le travail. "Le CP et l'entreprise ne nous donnent aucune raison valable pour laquelle nous ne pouvons pas aller travailler", a-t-il déclaré.

Joel Magalhães, qui travaille à la confiserie Ferreira à Matosinhos, est payé le dimanche le dimanche et a vu son salaire réduit au minimum national.

Ana Catarina et Joel Magalhães sont deux des travailleurs qui ont témoigné ce matin lors de la conférence de presse organisée par le Syndicat des travailleurs de l'hôtellerie, du tourisme, de la restauration et des industries similaires du Nord, dénonçant ce qu'ils ont vécu et ce qu'ils continuent de vivre à cause de la pandémie et la crise installée dans le secteur.

S'adressant aux journalistes, Nuno Coelho, dirigeant syndical, a indiqué qu'il y avait au moins deux mille travailleurs dans le secteur qui ont été licenciés dans le Nord à la suite de la pandémie et qu'il y a environ cinq mille licenciements, de 85 entreprises qui soumis la demande correspondante.

Francisco Figueiredo, pour sa part, a également dénoncé lors de la conférence de presse qu'il y a des patrons qui "demandent que leurs travailleurs partent travailler en juin" sans recevoir les mois de mars, avril et mai ".

«C'est une situation violente. Nous exigerons que l'Autorité des conditions de travail (ACT) agisse conformément à son statut juridique (…) qui a contribué, et beaucoup, au climat d'impunité générale qui existe dans le secteur », a-t-il déclaré, garantissant aux travailleurs qu'ils peuvent «Compter sur la fédération des syndicats de l'hôtellerie et du tourisme et les syndicats au niveau national pour continuer» la «lutte» contre les «illégalités», et annoncer que de futures actions seront entreprises auprès des entreprises pour les obliger à payer des salaires en souffrance des travailleurs.

Les travailleurs ont approuvé aujourd'hui, à Praça D. João I, à Porto, une résolution à remettre à ACT pour exiger le «paiement immédiat des salaires en souffrance à tous les travailleurs» et «l'avance par l'État d'une subvention équivalente au salaire qu'ils ont reçu» à tous les travailleurs dont les entreprises n'ont pas rouvert et qui sont sans protection sociale, y compris les travailleurs non déclarés, valeurs qui doivent ensuite être remplacées par les entreprises, comme c'est le cas avec le fonds de garantie des salaires ».

Dans le document de résolution, les travailleurs demandent également la «réintégration de tous les travailleurs licenciés avec ancienneté et catégorie professionnelle comme si de rien n'était».

La «performance exemplaire» d'ACT et l'annulation de tous les actes de l'employeur portant atteinte aux droits des travailleurs, tels que le remplacement des vacances et l'annulation de la banque d'heures, la «non-prolongation du licenciement» qui met elle entraîne le paiement de 100% du salaire et la reprise des négociations collectives et des augmentations salariales équitables sont les points restants de la résolution approuvée et présentée aujourd'hui à ACT do Porto.

À l'échelle mondiale, selon un rapport de l'agence de presse AFP, la pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 387 000 morts et infecté plus de 6,5 millions de personnes dans 196 pays et territoires.

Au Portugal, 1 455 personnes sur 33 592 ont confirmé la mort, et 20 323 cas ont été récupérés, selon la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

CCM // LIL

Lusa / FIM

Le contenu de Covid-19: Les travailleurs du tourisme et de la restauration protestent contre les irrégularités du secteur apparaissent pour la première fois à Visão.