S'adressant à Lusa, le président de l'association, Manuel Diogo, a déclaré qu '«en principe, aucune école en Angola n'a les conditions de sécurité biologique pour accueillir les élèves car ils manquent de kits de protection et d'eau potable».

La reprise des cours du deuxième cycle de l'enseignement secondaire en Angola est prévue pour le 13 juillet et pour le premier cycle du primaire le 27 juillet.

"Au début, aucune école au niveau national n'est en mesure d'accueillir nos enfants parce qu'ils manquent d'eau potable, les enseignants manquent de conditions décentes et de tests de masse des enseignants et du personnel administratif", a déclaré le responsable.

Pour Manuel Diogo, qui n'est pas d'accord avec l'annulation de l'année scolaire, la reprise des cours doit tenir compte de l'évolution de la pandémie dans le pays, affirmant que le mois de septembre serait l'idéal pour sauvegarder la santé des élèves.

Selon le responsable, la reprise des cours doit être précédée de la désinfestation de toutes les institutions scolaires du pays et de tests par les enseignants et le personnel scolaire, une proposition qui "jusqu'à présent n'a pas été approuvée par les autorités sanitaires".

"Nous avons exigé que le ministre de la Santé, avec l'équipe du gouvernement, désinfecte au moins toutes les écoles et teste tous les enseignants et le personnel administratif, mais nous n'avons reçu aucune approbation positive et cela nous inquiète", a-t-il déclaré.

Les cours d'enseignement général et universitaire en Angola ont été suspendus en mars, avant que le président angolais, João Lourenço, ne déclare l'état d'urgence, qui a eu lieu entre le 27 mars et le 25 mai.

L'Angola, qui est dans un état de calamité publique depuis le 26 mai, compte 315 cas positifs de covid-19, dont 201 sont actifs, 97 se sont rétablis et 17 sont décédés.

Le décret qui détermine une situation de calamité publique prévoit la reprise de l'activité dans l'enseignement supérieur et dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire à partir du 13 juillet, bien que «dépendante de l'évolution de la situation épidémiologique».

Selon le président de l'Association nationale des parents et tuteurs angolais, toutes les propositions des membres ont été présentées jeudi lors d'une réunion avec la ministre d'État à l'Espace social, Carolina Cerqueira.

DYAS // VM

Le contenu de Covid-19: les parents et tuteurs angolais ne veulent reprendre les cours qu'en septembre. Apparaît d'abord à Visão.