Les mesures visant à renforcer le Service national de santé (SNS) cette année s'élèvent à environ 100 millions d'euros, selon le Plan de stabilisation économique et sociale publié samedi soir à Diário da República.

Ce plan prévoit l'embauche de près de 3 000 professionnels de la santé d'ici décembre, afin d'augmenter la capacité d'intervention du NHS dans ses différentes dimensions.

Le document envisage une augmentation des consultations hospitalières – après les annulations dues à la pandémie de Covid-19 -, en se concentrant sur les spécialités avec la plus longue attente, en augmentant la limite de paiement maximale pour la production interne supplémentaire aux équipes, de 55% à 95% de la valeur de la première consultation.

La même mesure est prévue pour les chirurgies, à travers l'augmentation du plafond de paiement maximum pour la production interne supplémentaire aux équipes, de 55% à 75% "de la valeur des épisodes regroupés en Groupes Diagnostiques Homogènes", applicable à toutes les situations dans lesquelles le les temps de réponse maximaux garantis sont dépassés, «en mettant l'accent sur les spécialités et les procédures avec les plus grandes listes d'inscrits en chirurgie».

Pour les professionnels de santé, dans ce chapitre, 33,7 millions d'euros sont réservés (7,7 millions pour la récupération de toutes les premières consultations perdues et 26 millions d'euros pour la récupération de 25% de l'activité chirurgicale des patients.

Pour le renforcement des soins intensifs, un montant de 26 millions d'euros est prévu.

Le renforcement du réseau de laboratoires a inscrit 8,4 millions d'euros, afin d'étendre la capacité de test pour «détecter la réapparition éventuelle» du virus covid-19 «et répondre rapidement aux nouvelles épidémies».

Dans le cadre de la valorisation des professionnels du SNS, des charges financières de 29 millions d'euros sont estimées, d'avril à décembre, réparties entre 912 infirmières (12 227 972,27 euros), 220 techniciens supérieurs en diagnostic (2 953 648,80 euros) 480 assistants techniques (3 375 533,47 euros) et 1 320 assistants opérationnels (9 482 803,26 euros).

Le gouvernement souligne dans le document la nécessité de nouvelles embauches, en raison du besoin de renforcement dû à la pandémie et aux départs à la retraite: en 2019, en moyenne, 43 assistants opérationnels et 20 assistants techniques ont pris leur retraite chaque mois. Au cours des quatre premiers mois de 2020, la moyenne est passée à 57 assistants opérationnels et 30 assistants techniques.

L'exécutif entend également renforcer la surveillance épidémiologique et simplifier les processus, ainsi que «valoriser les médecins de santé publique exerçant des fonctions d'autorités de santé, en compensant la disponibilité et la responsabilité», un élément qui a enregistré 700 000 euros.

Jusqu'à 6,8 millions d'euros peuvent être investis dans les réseaux d'information des systèmes de santé.

«L'intention est, entre autres, de favoriser l'acquisition d'équipements informatiques pour le NHS, afin de garantir un accès universel aux moyens technologiques appropriés par les établissements de santé et les patients hospitalisés ou à domicile, nécessaire à l'application des mécanismes de télésanté, à savoir , téléconsultation et télésurveillance, sauf lorsque cela n'est pas cliniquement approprié ou techniquement possible, permettant également une surveillance non en face-à-face par visioconférence de parents de patients hospitalisés », selon les termes du diplôme.

Le programme de stabilisation économique et sociale, approuvé jeudi par le Conseil des ministres et publié samedi soir dans le Diário da República, sera en vigueur cette année pour répondre à la crise provoquée par la pandémie de la covid-19. Le gouvernement approuvera mardi prochain, le 9 juin, la proposition de révision du budget de l'État de 2020 relative à covid-19, qui reflétera le programme de stabilisation économique et sociale.

AH // MP