Au lendemain de l'annonce par le Premier ministre britannique Boris Johnson de la réouverture début juillet des bars, restaurants, coiffeurs, musées et cinémas – fermés depuis fin mars – des représentants de la profession médicale ont écrit une lettre ouverte dans la publication spécialisée britannique Journal médical.

"S'il est difficile de prédire la forme de la pandémie au Royaume-Uni, les preuves disponibles montrent que les épidémies sont de plus en plus probables et qu'une deuxième vague représente un risque réel", ont écrit les signataires, dont le président de la British Medical Association, représentant des médecins au Royaume-Uni.

"Maintenant, il ne s'agit pas seulement de faire face aux répercussions importantes de la première phase de la pandémie, mais aussi de s'assurer que le pays est suffisamment préparé pour contenir une deuxième phase", ont-ils ajouté.

Les signataires demandent la mise en place d'une commission «constructive» et «non partisane» qui produira un bilan à partir d'août et fin octobre au plus tard.

"Cela devrait être concentré dans les zones fragiles, où une action urgente est nécessaire pour éviter de nouveaux décès et restaurer l'économie aussi complètement et rapidement que possible", a indiqué la lettre.

Cet appel intervient un jour après l'annonce du gouvernement, critiqué pour sa gestion de la pandémie, étape la plus importante de la déflation qui se produira à partir du 4 juillet.

Avec 42 927 décès et toujours plus de 52 000 cas de covid-19, dont des cas suspects, le Royaume-Uni regrette le plus grand nombre de décès en Europe dus à la maladie. Cependant, le gouvernement estime avoir fait suffisamment de progrès contre le virus pour alléger les mesures de confinement.

Le ministre des Affaires étrangères Alok Sharma a reconnu aujourd'hui dans une interview à la BBC qu '"il y a encore des risques", mais que le gouvernement a adopté une approche "prudente".

Lors d'une conférence de presse mardi, le chef des services de santé britanniques, Chris Whitty, a déclaré que ces nouvelles mesures d'assouplissement ne se feront pas "sans risque" et que le virus resterait probablement présent "jusqu'au printemps prochain".

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 477 000 morts et infecté plus de 9,2 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 540 personnes sur 39 737 confirmées infectées sont décédées, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

RSE // FPA