"Il s'agit d'une mesure qui a été spécialement conçue pour la période de pandémie de Covid-19 et qui se poursuivra tant que la pandémie restera active", a déclaré Marta Temido, ajoutant que le ministère de la Santé travaille en collaboration avec d'autres domaines pour que ce droit, consacré par la Loi fondamentale sur la santé, est «une réalité opérationnelle».

En mars, le gouvernement a déterminé que les immigrés ayant une demande de permis de séjour en instance auprès du Service des étrangers et des frontières (SEF) seraient en règle et auraient accès aux mêmes droits que tous les autres citoyens, y compris l'aide sociale, ceci étant une mesure qui couvre également les demandeurs d'asile.

En revanche, les immigrants sans papiers n'étaient pas couverts par la mesure de régularisation des documents qui est entrée en vigueur le 19 mars, mais ils pouvaient soumettre des demandes pendant la période de l'état d'urgence et se voyaient garantir le droit aux soins de santé.

Interrogée sur la situation actuelle de ces personnes, lors de la conférence de presse quotidienne sur covid-19, Marta Temido a déclaré que l'accès des demandeurs d'asile aux soins de santé continuera d'être assuré, au moins, pendant la durée de la pandémie.

Rappelant les situations dénoncées dans le passé sur les difficultés rencontrées par les migrants et les réfugiés pour accéder au Service national de santé, le ministre a condamné le problème.

"Nous ne voulons pas que cela persiste et, par conséquent, nous travaillons, en particulier, avec la présidence du Conseil des ministres pour trouver une formule normative qui permettra d'orienter clairement les services sur ce sujet, en évitant que certaines situations d'embarras persistent", a-t-il expliqué.

Marta Temido a également évoqué la situation actuelle des sans-abri, pour qui des solutions de logement ont été trouvées, au sein de la société civile, pendant la pandémie.

Selon le ministre, la tutelle est également attentive à cette problématique, afin de contribuer à la recherche de solutions permanentes.

"Ce qui nous semble être une fenêtre d'opportunité, c'est de trouver un autre logement pour qu'ils puissent également reprendre une vie dans laquelle ils ont des conditions de vie adéquates", a déclaré Marta Temido, notant que "ce n'est pas un travail simple ou rapide".

Le Portugal enregistre 1 520 décès liés à Covid-19, trois de plus que dimanche, et 37 036 personnes infectées, plus 346, selon le dernier bulletin épidémiologique publié par la Direction générale de la santé (DGS).

Par rapport aux données de dimanche, qui ont enregistré 1 517 décès, il y a eu aujourd'hui une augmentation de 0,2% des décès. Les cas d'infection ont augmenté de 0,9%.

Dans la région de Lisbonne et de la vallée du Tage, où le plus grand nombre de foyers a été enregistré, la pandémie de covid-19 a atteint 15128 cas confirmés, soit 300 de plus que les 14828 enregistrés dimanche.

MYCA (CMP / JML) // HB