Le PSD accepte le renouvellement de l'état d'urgence pour l'adoption de mesures exceptionnelles de lutte contre le covid-19, mais n'est pas d'accord avec la tenue éventuelle du Congrès du PCP s'il existe des règles contraires pour la plupart des Portugais.

Ces positions ont été communiquées aux journalistes par le vice-président du PSD Nuno Morais Sarmento, au Palais de Belém, à Lisbonne, après une rencontre avec le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, qui a écouté les parties sur la Budget pour 2021, pandémie de covid-19 et état d'urgence.

Selon Nuno Morais Sarmento, «le PSD est d'accord, il n'empêche pas le maintien de ce cadre juridique exceptionnel», mais prévient le gouvernement que l'adoption de mesures avec «des différenciations ou des couleurs ou des classifications excessives» risque de laisser les Portugais «plus confus que qui sont maintenant »

Pour le PSD, deuxièmement, «ces décisions doivent être les mêmes pour tous» et «des réalités différentes, que les Portugais n'ont pas comprises dans le passé» ne peuvent être admises.

"Nous ne comprenons pas que les supermarchés et les restaurants sont fermés, que les familles portugaises sont obligées de rester à la maison et que, par exemple, des congrès du parti ont lieu", a-t-il dit, dans une allusion au congrès du PCP qui est prévu les 27, 28 et 29 mois, à Loures, dans le quartier de Lisbonne.

Morais Sarmento a évoqué «l'exemple» de son parti, qui a décidé de reporter le congrès PSD / Madère également prévu ce mois-ci.

«Il ne nous appartient pas plus que de citer comme exemple que nous les suivons. Nous tenons cependant à rendre très clair notre désaccord total concernant les situations pour tous les Portugais et les exceptions pour certains d'entre eux », a-t-il souligné.

Interrogé sur le fait que le régime juridique de l'état de siège et de l'état d'urgence établit que «les réunions des organes statutaires des partis politiques, syndicats et associations professionnelles ne seront en aucun cas interdites, dissoutes ou soumises à autorisation préalable», Morais Sarmento a répondu qu '"aucune interdiction" n'était en cause, mais "un exercice de bon sens".

"Il ne tient qu'à nous et seulement de citer l'exemple de manière constructive qu'au vu de la même décision dans ce calendrier nous avons opté pour le report", a-t-il ajouté.

La période actuelle de 15 jours d'état d'urgence, qui a débuté à 00h00 lundi et se termine à 23h59 le 23 novembre, a été approuvée au parlement avec des votes en faveur du PS, du PSD et du CDS-PP, des abstentions BE, PAN et Enough et vote contre le PCP, la PEV et l'initiative libérale.

Afin de renouveler ce cadre juridique pour l'adoption de mesures pour contenir le covid-19 pendant 15 jours supplémentaires, Marcelo Rebelo de Sousa doit avoir à écouter le gouvernement et l'autorisation de l'Assemblée de la République, établit la Constitution.

IEL // JPS