"Je suis désolé que la décision politique en question ait déterminé ce résultat, qui pourrait tôt ou tard se produire, car il s'agit d'une pandémie", a déclaré José Cassandra, s'adressant à Lusa.

À l'issue d'une réunion tenue sur l'île à la mi-mai avec des entités politiques, commerciales et religieuses, l'exécutif régional a décidé de suspendre les liaisons maritimes et aériennes avec la capitale, São Tomé, afin de prévenir la propagation du nouveau coronavirus.

Mais, environ une semaine plus tard, le Conseil des ministres du gouvernement central a «rejeté» la décision.

"Il est dommage que le Conseil des ministres ait pris cette décision sans connaître, en fait, les arguments qui ont conduit le gouvernement régional à prendre la position qu'il a prise", déplorait, à l'époque, José Cassandra, dans des déclarations à la radio régionale de Príncipe.

Il y a environ un mois, les autorités de la région autonome de Príncipe ont annoncé que 41 personnes étaient mises en quarantaine sur l'île, dont 27 étaient infectées par le covid-19.

Il y a un peu plus d'une semaine, le ministère de la Santé a annoncé que 30 patients étaient considérés comme guéris, 11 patients restant sur l'île de Principe, qui restent à la maison.

«Les chiffres sont passés de 27 à 11, compte tenu de la réalité qui prévaut. Comme vous le savez, il n'y a pas de remède pour cette maladie. Tous ceux qui ont été diagnostiqués positifs sont tous des cas asymptomatiques, sans manifestation de la maladie », a expliqué le président du gouvernement régional.

"N'ayant aucun symptôme, ils n'avaient pas besoin de suivi médical dans les hôpitaux, comme cela s'est produit dans différentes parties du continent", a-t-il expliqué, soulignant: "Heureusement, nous n'étions pas en présence de cas bénins de cette maladie ou en présence de cas plus aigus ou plus graves" .

"Ayant respecté les protocoles recommandés par l'Organisation mondiale de la santé dans ce domaine et avec les résultats négatifs ultérieurs, les personnes concernées, initialement considérées comme positives, ont été forcées d'abandonner la détention obligatoire à laquelle elles étaient soumises", a-t-il conclu.

Le responsable a déclaré que les services de santé de l'île ont «leurs limites en termes de ressources médicales et matérielles».

«Ils ont fait ce qu'ils pouvaient pour minimiser la propagation de la maladie et ont eu le soutien du gouvernement central et d'un entrepreneur sud-africain [Mark Shuttleworth] qui a investi dans la région, ainsi que des deux infirmières portugaises qui font partie de son équipe. travaillant sur l'île de Príncipe », a déclaré Cassandra.

"Nous avons créé un comité de crise et nous avons travaillé dur pour empêcher, en fait, la propagation du virus ici sur l'île", a-t-il garanti.

À ce jour, São Tomé et Príncipe a enregistré 514 cas positifs et 12 décès dus à covid-19.

MYB // JH