Le Premier ministre néerlandais a déclaré aujourd'hui qu'il n'était pas nécessaire de se précipiter "follement" pour clore les négociations sur le fonds de relance en cas de pandémie lors du prochain Conseil européen et a averti que "toute aide du nord signifie des réformes dans le sud".

«S'il n'y a pas d'accord les 17 et 18 juillet, ce ne sera pas la fin du monde. Pour nous, il n'est pas absolument nécessaire de parvenir à un accord sur ces dates », a souligné le responsable du gouvernement néerlandais, Mark Rutte, lors d'une conférence de presse à La Haye.

Les Pays-Bas, avec l'Autriche, la Suède et le Danemark, forment le bloc dit des «quatre frugaux» en raison de leur réticence à soutenir le fonds de relance proposé par la Commission européenne (CE) pour 750 milliards d'euros, dont 500 000 euros des millions seront distribués et 250 milliards de prêts.

Selon EFE, Mark Rutte a souligné aujourd'hui qu'une «condition préalable absolue» pour autoriser l'aide européenne aux pays les plus touchés par le nouveau coronavirus, en particulier ceux du sud de l'Union européenne, est la demande de réformes économiques dans les États membres qui utiliser l'aide financière.

Et ces pays doivent encore fournir une justification claire de ce qu'ils feront de l'argent emprunté, a-t-il ajouté.

«Toute aide du nord signifie faire des réformes dans le sud. Il n'y a pas d'autre option », a souligné Rutte.

Le ministre considère également que la proposition présentée par la Commission européenne "n'est pas la dernière" et sont "toutes les propositions qui devraient être discutées".

Mark Rutte a souligné à nouveau qu'il existe déjà un paquet de 540 milliards d'euros de crédits pour les États et les entreprises, approuvé par l'Eurogroupe en avril, pour une réponse immédiate à la crise et s'est dit "surpris" que "pas même un euro n'ait été retiré »De ce paquet d'aide.

Lors du prochain Conseil européen, le Premier ministre néerlandais rencontrera le reste du gouvernement pour la première fois depuis février.

Jusqu'à présent, toutes les réunions ont eu lieu par vidéoconférence, ce qui, selon le Néerlandais, a compliqué les négociations.

Les dirigeants de l'Union européenne (UE) se réuniront lors d'une réunion physique les 17 et 18 juillet à Bruxelles pour tenter de parvenir à un accord sur la réponse communautaire à la crise générée par le Covid-19.

Les négociations s'articulent autour des propositions présentées fin mai par la Commission pour un fonds pour la relance de l'économie européenne dans l'après-pandémie, d'un montant total de 750 milliards d'euros – 500 milliards de subventions et 250 milliards de prêts -, et un cadre financier pluriannuel révisé pour 2021-2027, d'un montant de 1,1 milliard d'euros.

Selon la proposition de l'exécutif communautaire, qui sera désormais «retouché» par Charles Michel jusqu'au prochain Conseil, le Portugal pourrait lever un total de 26,3 milliards d'euros, dont 15,5 milliards en subventions et le reste 10,8 millions d'euros sous forme de prêts.

Le 13, quatre jours avant la réunion du Conseil européen, António Costa rencontre Mark Rutte, Premier ministre de l'un des États membres les plus opposés aux propositions de la Commission européenne, ainsi que l'Autriche, le Danemark et la Suède .

Malgré les différences de positionnement entre le Portugal et les Pays-Bas dans l'Union européenne, António Costa a une bonne relation personnelle avec Mark Rutte, ayant déjà été reçu à La Haye au début de son mandat de Premier ministre en 2016. À son tour, le le chef du gouvernement néerlandais a également déjà effectué une visite officielle au Portugal.

DYMC (PMF / ANE / ACC / IG) // SR

Covid-19: le contenu du Premier ministre néerlandais ne se presse pas de fermer le fonds de relance lors du prochain Conseil européen apparaît pour la première fois dans Vision