Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a convoqué vendredi un Conseil des ministres extraordinaire pour décréter l'état d'urgence à Madrid, à la suite de l'énorme augmentation du nombre d'infections par le nouveau coronavirus dans la communauté.

La nouvelle est avancée par l'agence espagnole Efe, qui a confirmé l'information auprès de sources de l'exécutif. La convocation intervient quelques heures après que la Cour supérieure de justice de Madrid a rejeté les mesures imposées par le gouvernement central pour restreindre la circulation des personnes dans dix municipalités de la région de Madrid, y compris la capitale du pays, afin d'atténuer la prolifération du SRAS-CoV-2 .

L'Espagne a enregistré aujourd'hui 12 423 nouveaux cas de covid-19, dont un quart à Madrid, portant le nombre total de personnes infectées dans le pays à 848 324 depuis le début de la pandémie, selon les informations publiées par le ministère espagnol de la Santé.

Les autorités sont à l'origine de 126 décès supplémentaires dus à la maladie au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total de décès à 32 688.

Madrid reste la communauté autonome avec le plus grand nombre de nouvelles infections, ayant ajouté 3 152 cas supplémentaires au nombre total de lundi, portant le total à 258 767.

1 262 personnes ont été admises dans les hôpitaux atteints de la maladie au cours des dernières 24 heures à travers le pays, dont 338 à Madrid, 163 en Andalousie et 142 en Catalogne.

Dans tout le pays, 10 645 personnes sont hospitalisées pour la maladie, dont 1 585 patients dans des unités de soins intensifs.

La Cour supérieure de Madrid a rejeté aujourd'hui les mesures restreignant la circulation des personnes dans la capitale espagnole, qui avaient été imposées par le gouvernement central pour lutter contre l'augmentation des cas de covid-19.

Les autorités sanitaires du gouvernement central et celles des communautés autonomes se réunissent cet après-midi et les nouvelles mesures devraient être annoncées par les autorités de Madrid avant le début d'un week-end prolongé qui se terminera par les vacances de lundi, lorsque célèbre la fête nationale espagnole.

Les autorités craignent que des centaines de milliers de Madrilènes passent le week-end à l'extérieur, après que la justice a annulé les mesures de restriction de mobilité du gouvernement central.

La justice fait valoir que les mesures proposées par le gouvernement central et approuvées par l'organe de coordination avec les communautés autonomes dans le domaine de la santé «portent atteinte aux libertés et droits fondamentaux».

La décision du tribunal confirme l'exécutif de la région de Madrid, qui a dégoûté les mesures imposées par le gouvernement central samedi dernier.

Les mesures désormais annulées touchent 4,5 millions d'habitants, alors que celles qui avaient été précédemment adoptées par l'exécutif régional n'atteignent qu'un million.

En Espagne, les autorités régionales ont une compétence exclusive en matière de santé et le gouvernement central n'a pas le pouvoir de décider de leurs décisions en matière de santé.

AFE (FPB) // JLS