Le Pays de Galles a décidé de retirer le Portugal de la liste des pays exemptés de quarantaine, mais maintient Madère et les Açores, a annoncé aujourd'hui le ministère de la Santé du gouvernement autonome, qui pour la première fois appliquait des règles différentes de celles du gouvernement britannique.

Le ministre gallois de la Santé, Vaughan Gething, a déclaré qu'il avait examiné le rapport du Centre commun de biosécurité sur les pays qui présentent un risque pour la santé publique en raison de la pandémie de covid-19.

"J'ai décidé de retirer le Portugal continental (les Açores et Madère resteront exemptés), Gibraltar, la Polynésie française et les îles grecques de Mykonos, Zakynthos, Lesbos, Paros et Antiparos et la Crète de la liste des pays et territoires exemptés", a-t-il ajouté.

Les mesures prennent effet à 4 h 00 le vendredi 4 septembre.

«Cette mesure est prise en raison du grand nombre de cas de coronavirus importés au Pays de Galles par des touristes revenant des îles grecques, en particulier. La semaine dernière, plus de 20 cas ont été confirmés chez des passagers d'un vol Zante-Cardiff », a-t-il justifié.

L'Écosse a commencé à exiger la quarantaine pour les personnes arrivant de Grèce à partir d'aujourd'hui, mais c'est la première fois que le gouvernement du Pays de Galles adopte des restrictions différentes de celles de l'Angleterre, déterminées par le gouvernement britannique.

Quelques minutes plus tôt, le ministre britannique des Transports, Grant Shapps, avait déclaré que le Portugal et la Grèce restaient sur la liste des pays sûrs, malgré les spéculations selon lesquelles ils seraient retirés.

«Nous continuons à garder la liste des couloirs de voyage sous examen constant et nous n'hésiterons pas à supprimer des pays si nécessaire. Cependant, il n'y a pas d'ajouts ni de suppressions aujourd'hui », a-t-il annoncé, via le réseau social Twitter.

Cependant, a-t-il ajouté, "on se souvient des touristes – les pays avec une quarantaine de 14 jours peuvent et doivent changer en très peu de temps".

Le Portugal n'a été inclus dans la liste des pays disposant de «couloirs de voyage» avec le Royaume-Uni que depuis deux semaines, le 20 août, malgré la pression du gouvernement portugais et du secteur du tourisme sur les autorités britanniques.

La décision d'ajouter ou de supprimer un pays est prise après une analyse du Centre commun de biosécurité, qui utilise le niveau de 20 cas pour 100000 habitants en sept jours comme indicateur principal, mais qui prend également en compte d'autres facteurs, tels que la prévalence, le niveau , taux de changement des cas positifs confirmés.

Initialement effectuée toutes les trois semaines, la réévaluation des mesures se fait désormais chaque semaine.

BM // FPA

Lusa / fin