La situation épidémiologique dans le Nord commence à «ralentir», même si la semaine prochaine la région pourrait continuer à compter 1 400 hospitalisations, 300 hospitalisations en unité de soins intensifs et 40 décès quotidiens, indique aujourd'hui un spécialiste.

S'adressant à l'agence Lusa, Milton Severo, responsable des projections de l'Institut de santé publique de l'Université de Porto (ISPUP) a déclaré que, au cours des «cinq derniers jours, les valeurs observées (dans la région Nord) ont été inférieures aux prévisions», a «Signe positif», démontrant que «enfin, la région parvient à aplatir» les cas d'infection.

Bien que la situation épidémiologique pointe vers une «stabilisation», les prévisions de l'ISPUP indiquent que la semaine prochaine, la région pourra compter 1 400 à 1 500 hospitalisations dans les unités hospitalières.

«Nous avons eu une phase, entre le 18 octobre et le 1er novembre, où les hospitalisations ont doublé tous les 11 jours. À ce stade, ils ne doublent que tous les 60 jours, c'est-à-dire que la croissance diminue clairement », a déclaré Milton Severo.

En ce qui concerne les hospitalisations en unité de soins intensifs (USI), les prévisions de l'Institut de Porto font état de «300 à 340» patients atteints du nouveau coronavirus, à l'origine du covid-19.

Milton Severo a également déclaré que la région devrait continuer à représenter 3 000 à 4 000 cas de nouvelles infections par SRAS-CoV-2 et 40 décès par jour.

"Nous pouvons dire que nous sommes sur un plateau, c'est-à-dire que nous allons maintenir ces chiffres, notamment parce que l'indice de transmissibilité (communément appelé R) ralentit et se situe autour de 1,15 à 1,2 dans la région", a-t-il déclaré.

L'idéal "serait, cependant, que ces valeurs commencent à baisser", a-t-il affirmé.

Pedro Chamusca, de la direction de l'Association portugaise des géographes (APG), a également déclaré à Lusa que les cartes de la répartition géographique de l'évolution de la pandémie, réalisées à partir des données de la direction générale de la santé (DGS), montrent que la région est, , commençant à «atténuer» la situation épidémiologique.

«Il y a des signes que nous parvenons à atténuer les effets dans les territoires les plus exposés. La tendance, maintenant, est de commencer à atténuer la situation à deux vitesses », a-t-il déclaré.

Selon le responsable, dans les territoires avec moins d'industrie et le besoin de voyager «la diminution sera plus rapide».

Pour Pedro Chamusca, également chercheur à l'Université d'Aveiro, «l'incidence ne va pas à des valeurs raisonnables qui permettent le soulagement de toute mesure».

"Il me semble plus compliqué d'inverser la tendance dans les communes qui ont une grande exposition et une forte activité industrielle", a-t-il déclaré, estimant que ces territoires doivent être vus "à la loupe" afin de trouver "des solutions pour réduire le nombre de cas".

Le Portugal compte au moins 4 209 décès associés à la covid-19 sur 280 394 cas confirmés d'infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé (DGS).

Le pays est en état d'urgence depuis le 9 novembre et jusqu'au 8 décembre, période au cours de laquelle il y a un couvre-feu obligatoire dans les comtés les plus à risque de contagion.

SPYC // ACG

Lusa / Fin.

Covid-19: le contenu du Nord «ralentit» mais les experts estiment que 1 400 hospitalisations la semaine prochaine apparaîtront en premier dans Vision.