Au deuxième jour de la Route de la Justice, à Bragança, la ministre a déclaré que « les choses se sont très bien passées dans ce domaine par rapport au covid », même si elle n’exclut pas, avec l’augmentation actuelle du nombre de cas, un renforcement des mesures sanitaires dans les prisons, rappelant que « les règles doivent être adaptées à la taille de l’équipe, au nombre de personnes, aux espaces ».

« Il y a des règles générales, mais elles doivent être adaptées aux circonstances », a-t-il dit, notant que, compte tenu de l’évolution de la pandémie, « à terme, certaines règles » pourront être récupérées, notamment le placement des acryliques.

« Il faut s’adapter, en tenant compte du niveau de la population carcérale dans chacun des établissements et des conditions qui existent pour recevoir les gens », a-t-il précisé.

La ministre de la Justice s’est entretenue avec des journalistes à Bragança, où elle a visité la prison locale, l’équipe de réinsertion sociale et le tribunal.

La feuille de route de la justice passera par les différents domaines du secteur pour évaluer les besoins et établir des priorités dans la résolution des problèmes et l’amélioration des conditions.

Le responsable a inauguré les travaux réalisés dans la prison de Bragança avec le travail rémunéré des détenus, qui impliquaient un investissement de 300 000 euros dans l’amélioration de l’espace de l’établissement d’une capacité d’environ 80 détenus.

« Le Portugal a fait l’objet de recommandations de la part d’entités européennes de défense des droits de l’homme et nous sommes très attachés à satisfaire, à humaniser et à rendre dignes les conditions dans lesquelles se trouvent les prisonniers », a-t-il déclaré.

La feuille de route Justice a débuté mardi à Viseu, où le ministre a évoqué la loi controversée sur les métadonnées, indiquant que le groupe de travail créé à cet effet présentera une proposition d’amendement « dans les meilleurs délais ».

Le ministre de la Justice a déclaré que, pour le moment, « les procédures budgétaires sont en cours et, par conséquent, l’Assemblée de la République se consacre exclusivement à cette question ».

« Mais dans les plus brefs délais, il sera présenté afin qu’il soit possible d’avancer bientôt », a déclaré le ministre.

Ce changement intervient après que la Cour constitutionnelle a déclaré inconstitutionnelle la conservation pendant un an, par les opérateurs, des données de communication des clients respectifs.

Dans un arrêt rendu le 19, le TC a compris que le stockage des données de trafic et de localisation de toutes les personnes, de manière généralisée, « restreint de manière disproportionnée les droits à réserver l’intimité de la vie privée et l’autodétermination informationnelle ».

Lundi, le Premier ministre a annoncé que le gouvernement présenterait un projet de loi visant à modifier la loi sur les métadonnées plus tard au cours de cette session législative.

HFI (IYN) // HB