"Lorsque ce drapeau est rouge, les gens n'entrent pas sur la plage parce que c'est le signe qu'ils vont entrer sur une plage qui a déjà la capacité qu'elle devrait avoir pour que les gens puissent y être", a averti João Matos Fernandes, s'adressant aux journalistes.

Le ministre s'est exprimé lors d'une visite à la plage de Tarquínio-Paraíso, sur la Costa de Caparica, à Almada, dans le district de Setúbal, où il a garanti que "l'accès aux plages est gratuit et sera toujours gratuit" et il n'y aura pas d'amendes, mais il a souligné que les règles établies «font appel au bon sens des Portugais».

«La loi ne prévoit aucune amende. Ce que la loi prévoit, et j'espère qu'elle ne sera jamais utilisée, c'est qu'en cas de non-respect répété, si les autorités sanitaires pensent que la santé publique est en jeu, elles peuvent fermer la plage. Nous allons croire que cela n'est pas nécessaire », a-t-il souligné.

De l'avis du ministre, ????? pour que tout le monde passe un "bel été", à un moment où ils ont plus que jamais besoin de la plage, les baigneurs n'ont qu'à se conformer aux "règles très simples" de la distance sociale et consulter les informations disponibles sur la capacité de chaque plage «à l'heure».

Cet après-midi, alors que João Matos Fernandes visitait la plage de Caparica, des travaux pour assembler des auvents dans le sable étaient en cours, mais tous les nouveaux panneaux étaient déjà installés en vue de la pandémie de Covid-19.

Il y a des flèches au sol avec différentes directions d'entrée et de sortie et un nouveau drapeau triangulaire avec le dessin d'une personne, juste à l'entrée de la plage, qui indique l'occupation de cet endroit, qui était aujourd'hui vert (faible occupation).

En outre, a-t-il révélé, ces informations seront également disponibles à partir de samedi sur l'application Info Praia pour tous les lieux qui commencent la saison balnéaire ce jour-là.

«Nous ne doutons pas qu'au cours des prochains jours l'application sera améliorée, mais demain (samedi) à partir de la mi-matinée, sur toutes les plages où s'ouvre la saison balnéaire, les gens pourront déjà savoir avant de quitter la maison si la plage a peu de monde avec ce drapeau vert, si elle est déjà à moitié occupée ou si elle est très fréquentée », a-t-il informé.

Selon le diplôme publié à Diário da República ce jeudi, le début de la saison balnéaire ne sera pas le même dans tout le pays et ne commencera que samedi sur toutes les plages de l'Algarve, d'Almada, de Cascais (Lisbonne) et de la plage de Nazaré, en Leiria.

Dans les autres régions du pays, les dates de début seront variables et échelonnées. Ainsi, selon João Matos Fernandes, la capacité sera annoncée «une semaine avant l'ouverture de la saison balnéaire».

Le démarrage ultérieur aura lieu dans le nord du pays, le 27 juin, avec près d'un mois de moins que l'année dernière, mais le ministre a précisé qu'il ne s'agit pas d'une décision du gouvernement.

«Pour le ministère de l'Environnement, la saison balnéaire s'est ouverte le 6 juin dans tout le pays, mais l'ouverture de la saison balnéaire n'est pas notre décision, c'est une décision principalement des municipalités qui voulaient que la saison balnéaire s'ouvre plus tard et, pour que, dans le nord du pays, ce ne sera que le 27 juin », a-t-il précisé.

Selon la Fédération portugaise des sauveteurs-sauveteurs, le nombre de morts par noyade a augmenté par rapport à l'année dernière, mais João Matos Fernandes a estimé que "le modèle de cette année n'est pas du tout différent des modèles précédents".

Pourtant, il a appelé "tout le monde à être conscient de sa capacité à être en mer et à se défendre", révélant que la National Maritime Authority et le Shipwreck Aid Institute "seront particulièrement attentifs" aux plages non surveillées. .

DYBS // MCL