La possibilité, sans avancer de détails ni de mesures concrètes, est contenue dans un document à l'appui du projet de budget rectificatif pour 2020, qui est cette semaine en cours d'analyse à l'Assemblée nationale, prêt à répondre à la crise économique et sanitaire résultant de la pandémie de la covid-19.

"La garantie du service de transport aérien intérieur est une condition essentielle pour maintenir la circulation des personnes et du fret et permettre la reprise du flux touristique entre les îles", reconnaît le gouvernement, dans le même document.

Le texte indique que la liaison aérienne est une condition «sine qua non» pour maintenir le marché intérieur unifié et cohérent », bien que le marché soit« petit », ce qui« crée des difficultés pour la viabilité économique et financière de certaines routes ».

«À son tour, covid-19 a un impact négatif sur le secteur de l'aviation civile, avec un impact sur l'opérateur aérien TICV / Binter en raison de la suspension des vols inter-îles et d'une réduction conséquente des revenus qui pèsera sur les résultats futurs de l'opérateur», reconnaît le gouvernement.

Depuis le 29 mars, date de la proclamation de l'état d'urgence au Cap-Vert, le TICV (ex-Binter) n'effectue pas de vols commerciaux inter-îles, en raison de la suspension de toutes les connexions, décidé par le gouvernement d'arrêter la progression de la pandémie.

Entre-temps, le plan de déclassement prévoyait la reprise des vols internes le 30 juin. Cependant, le gouvernement a décidé, la veille, de reporter cette reprise au 15 juillet, en raison du nombre croissant de cas de covid-19 depuis début juin (plus d'un millier).

Le Cap-Vert enregistre une accumulation de 1 542 cas de covid-19 diagnostiqués depuis le 19 mars, avec 18 décès et 730 récupérés.

Avant la pandémie, le CICR exploitait, en haute saison, jusqu'à 28 vols quotidiens sur des liaisons entre les îles du Cap-Vert et atteignait en 2019 un million de passagers transportés au Cap-Vert.

«En tant que garant des liaisons aériennes inter-îles» et «conscient de l'inévitabilité de la fréquence et de la prévisibilité de ces liaisons pour un calendrier correct des activités des familles, des entreprises et de l'État», le gouvernement comprend que, puisqu'il s'agit «d'un élément structurant pour le fonctionnement de la économie ", doit" créer des mécanismes pour soutenir l'opérateur TICV / Binter pour amortir les effets résultant de covid-19 et la réduction drastique des ventes qui en résulte ".

La compagnie prévoyait d'effectuer 34 vols hebdomadaires en juillet, selon le calendrier précédemment avancé, dans des déclarations à Lusa, par le directeur général de la compagnie, Luís Quinta.

Pour la reprise des vols, la compagnie a annoncé en juin qu'elle avait mis en place de "nouvelles mesures sanitaires", garantissant "un fonctionnement sûr, pratique et sanitaire efficace".

Au cours des quatre dernières années, TICV a investi 13 millions d'euros dans les liaisons aériennes capverdiennes, employant 140 personnes.

Avant la suspension des vols, les liaisons aériennes passagers vers sept îles de l'archipel étaient garanties par le TICV avec neuf liaisons exploitées par trois ATR-72 500, d'une capacité de 72 passagers.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 545 000 morts et infecté plus de 11,9 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

En Afrique, il y a 11 955 décès confirmés dans plus de 508 000 personnes infectées dans 54 pays, selon les statistiques les plus récentes sur la pandémie du continent.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PVJ // SB

Le contenu Covid-19: le gouvernement du Cap-Vert admet avoir soutenu la compagnie aérienne pendant trois mois d'arrêt apparaît d'abord dans Vision.