1-1-e1669908198824-png
Table des matières

Covid-19: le gouvernement admet l'annulation des prêts au loyer pour les familles économiquement vulnérables

Le gouvernement admet que certains des prêts pour payer le loyer de l'Institut du logement et de la réhabilitation urbaine (IHRU) peuvent être convertis en subventions non remboursables pour les familles économiquement vulnérables.

Cette mesure fait partie du programme de stabilisation économique et sociale (PEES), publié samedi soir à Diário da República, et on estime que sur un montant prévisible de quatre millions d'euros de prêts pour soutenir le paiement du loyer, 1 , 5 millions d'euros peuvent être convertis en subventions non remboursables.

«Bien que l'aide financière de l'IHRU ne doive commencer à être remboursée par les familles que six mois après la période de financement du loyer, nous devons encore envisager la possibilité qu'une partie des familles soutenues soient de faibles ressources et ne soient pas en mesure de retrouver un niveau de revenu et la stabilité financière qui leur permet de supporter les coûts liés à leurs engagements en matière de logement », indique le document.

La situation de ces familles les plus vulnérables doit être prise en charge, explique le PEES, soulignant que «dans ces cas, le prêt peut être converti en une subvention non remboursable».

Sur la base de la prévision que ce soutien financier pourrait atteindre quatre millions d'euros de prêts, "environ 1,5 million d'euros pourraient devoir être convertis en subventions non remboursables".

"Un soutien supplémentaire à ces familles permettra ainsi de leur permettre de rester chez elles, en évitant de nouvelles situations de logement précaire", souligne le même document.

La pandémie du covi-19 a conduit le gouvernement à approuver un ensemble de mesures exceptionnelles et temporaires visant la location, qui entreront en vigueur pendant l'état d'urgence et le mois suivant.

Parmi celles-ci, la possibilité pour les locataires et les propriétaires dont les revenus baissent de recourir à des prêts, sans intérêt et dont le remboursement commence en janvier 2021, sans préjudice de la garantie d'un délai de grâce minimum de six mois par l'IHRU.

En mai, le Parlement a approuvé une proposition du gouvernement de prolonger ces prêts accordés par l'IHRU jusqu'en septembre, car de nombreuses familles auraient besoin de plus de temps avant d'atteindre la stabilité financière et de récupérer leurs revenus perdus.

Selon les données envoyées à Lusa au début du mois par le ministère des Infrastructures et du Logement, l'IHRU a déjà reçu 1 772 demandes de prêt pour soutenir la location d'un montant de 3,48 millions d'euros.

LT // CSJ

Articles récents