Dans un débat promu par la Confédération des sports du Portugal sur l'avenir du sport à l'ère de la «Covid-19», José Manuel Constantino a rappelé qu '«aussi important que le travail accompli par les fédérations obtient une réponse des autorités publiques» et que cette réponse «Ne correspond pas» à ce que la plupart des pays européens «donnent à leurs organisations».

«Ce qui est le plus inconfortable, c'est que nous présentons des propositions, des suggestions, des lignes directrices et que nous n'ayons aucune réponse quant à savoir si ce que nous présentons est bien ou mal, s'il est possible dans une partie et non dans une autre, ou si rien de ce qui a été présenté n'est utile. Ils ne comprennent pas que cet effort que nous faisons et cette participation collaborative mérite une réponse, même si elle est négative », a critiqué le président de la COP.

Et José Manuel Constantino est allé encore plus loin, considérant que le gouvernement «aurait déjà dû créer une unité de surveillance» de ce qui se passe, qui permettrait de «surveiller et quantifier les événements» résultant de la pandémie.

«Nous sommes conscients de ce qui se passe dans l'industrie portugaise, dans l'économie, dans les transports, dans la culture et il était également souhaitable, en plus de la contribution que les organisations sportives apportent avec leurs moyens, que nous ayons une connaissance plus détaillée des effets de la situation. que nous vivons. Il doit y avoir des entités dans ce pays qui ont cette obligation et ce sont des entités publiques avec le soutien du sport », a-t-il déclaré.

Un autre aspect qui mérite d'être critiqué est le manque de «sensibilité et d'articulation» entre les différents domaines politiques dans la gestion de la pandémie causée par le nouveau coronavirus.

«Cette semaine, il a été annoncé que la période des vacances de Pâques serait réduite. Cela se traduira par le manque de dizaines d'activités sportives qui ont normalement profité de cette période et une perte importante d'activités sportives pour les enfants et les jeunes, mais aussi de revenus provenant de nombreuses associations sportives », a-t-il expliqué.

Le point de vue du président de la COP a été corroboré, en général, par son homologue du sport paralympique, José Manuel Lourenço, qui a estimé qu'il y avait «un problème de manque d'équité avec un domaine important» de la société.

«Le gouvernement a été prudent avec tous les secteurs de l'économie dans le sens de la reprise et de la préservation de l'emploi. Des deux, un: soit on ne sait pas que le sport est aussi un domaine avec des milliers d'emplois, soit il y a un oubli », a interrogé le président du Comité paralympique du Portugal.

Le plan de déconfinition de la pandémie Covid-19 présenté par le gouvernement n'a permis que la conclusion de la 1ère Ligue portugaise de football, excluant toutes les autres catégories sportives et sportives du pays.

Certaines fédérations ont présenté des plans pour reprendre l'activité sportive, mais la possibilité de reprendre les compétitions nationales reste incertaine un an après la date prévue des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, qui ont été reportés à la période du 23 juillet au 8 août. 2021.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 544 000 morts et infecté plus de 11,85 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 631 personnes sur les 44 859 confirmées infectées sont décédées, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

SYL // VR

Le contenu de Covid-19: Comité olympique préoccupé par le manque de réponses politiques apparaît d'abord dans Vision.