Dans un communiqué, le ministère du Tourisme et des Transports indique que "le travail de préparation du pays, en tant que destination touristique, est en cours, afin d'accueillir les touristes en toute sécurité et tranquillité".

Le gouvernement fait valoir que «la planification doit être prudente et la réouverture progressive» afin que «le succès de la lutte contre le covid-19, dans les principales îles touristiques, continue d'être consolidé, générant la confiance et la crédibilité des opérateurs, touristes, employés et le public général ".

Le 19 mars, le gouvernement du Cap-Vert a suspendu toutes les liaisons aériennes internationales, n'autorisant que des vols de rapatriement occasionnels, afin de contenir la progression de la pandémie de Covid-19 dans l'archipel.

Bien qu'il présume que la "réouverture de la destination touristique Cap-Vert" devrait recevoir en juillet des visiteurs étrangers, ce ministère souligne également que la reprise de ces vols dépend également de la levée des restrictions de voyage qui étaient appliquées dans les pays d'origine.

Il ajoute que la tutelle du Tourisme élabore «de toute urgence» un «ensemble de mesures fondamentales» pour «atténuer les impacts négatifs attendus sur l'économie et favoriser la reprise de l'activité économique de manière sûre et cohérente».

Dès le départ, le concept de «Cap-Vert – Tourisme sûr» est prévu, qui consiste en un ensemble de «bonnes pratiques», de procédures d'hygiène des aéronefs, de «transferts», d'aéroports, de taxis, d'hôtels, de restaurants, de bars, de services, de normes pour la concentration des personnes, des unités de traitement médical, du personnel médical spécialisé, le tout pour «garantir les conditions de sécurité sanitaire dans le pays».

«En mettant en œuvre ces règles, similaires à celles de l'Union européenne, tous les acteurs qui composent le circuit touristique seront certifiés avec un sceau de sécurité sanitaire, conformément à la législation créée et de cette manière, le pays sera en mesure d'accueillir les touristes en toute sécurité. Ce processus sera matérialisé, par étapes, selon les conditions épidémiologiques qui le permettent, dans toutes les îles du Cap-Vert », assure également le ministère du Tourisme.

En outre, les deux principales îles touristiques bénéficieront d'un renforcement dans le domaine des infrastructures de santé, avec un nouveau centre de santé à Santa Maria (Sal) et le remodelage de celui existant à Sal Rei (Boa Vista).

"Ces centres de santé seront équipés de matériel médical, récemment acquis en Belgique et en Chine, les transformant en unités de diagnostic et de traitement dans le cadre de covid-19", conclut le communiqué.

L'étude statistique du tourisme au Cap-Vert en 2019 a confirmé en avril que les unités hôtelières capverdiennes ont accueilli 819308 clients, soit une augmentation de 7% par rapport à 2018, et 5117403 nuitées, soit une croissance similaire de 3,7%.

Malgré ces chiffres, le vice-Premier ministre Olavo Correia, qui est également ministre des Finances, a précédemment admis que le pays devrait perdre un demi-million de touristes en 2020, soit une baisse de plus de 60% par rapport à 2019, en plus d'une réduction de 4% du produit intérieur brut (PIB), en raison de covid-19.

"L'économie du Cap-Vert perdra environ 500 000 touristes cette année, par rapport à 2019. Avec cela, le pays aura une réduction d'environ trois millions de nuitées", a-t-il déclaré.

Le Cap-Vert a enregistré 390 cas cumulés de covid-19, depuis le 19 mars, répartis sur les îles de Santiago (331), Boa Vista (56) et São Vicente (03). Cependant, depuis mardi, aucun test n'a été effectué sur les échantillons prélevés par les autorités sanitaires, en raison d'un problème avec les réactifs du laboratoire de virologie du pays.

Sur le total, il y a eu quatre décès, deux patients transférés dans leur pays et 155 patients guéris, ce qui fait que le pays compte actuellement 229 cas actifs.

À l'échelle mondiale, selon un rapport de l'agence de presse AFP, la pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 360 ​​000 morts et infecté plus de 5,8 millions de personnes dans 196 pays et territoires.

Parmi les pays africains qui ont le portugais comme langue officielle, la Guinée-Bissau est en tête du nombre d'infections (1256 cas et huit décès), suivie par la Guinée équatoriale (1043 cas et 12 décès), le Cap-Vert (390 cas et quatre décès) décès), São Tomé et Príncipe (458 cas et 12 morts), le Mozambique (234 cas et deux morts) et l'Angola (77 infectés et quatre morts).

PVJ // JH

Le contenu de Covid-19: Cape Verde rouvre en juillet aux touristes avec un sceau de sécurité sanitaire d'abord à Visão.