Selon les données du ministère de la Santé compilées aujourd'hui par Lusa, le Cap-Vert a diagnostiqué du 19 mars au 16 septembre un total de 4978 cas de covid-19, à un taux qui a atteint ce mois-ci un pic quotidien maximal de 102 échantillons. positif en près de six mois.

Depuis le 28 mai, alors que le pays comptait moins de 400 personnes infectées, le Cap-Vert enregistre quotidiennement des cas de covid-19 diagnostiqués dans les laboratoires entre-temps installés dans la ville de Praia et sur les îles de São Vicente et Sal.

Le 19 mars, un touriste anglais sur l'île de Boa Vista a été le premier cas positif de la maladie au Cap-Vert – il mourrait finalement quelques jours plus tard – et à ce moment-là, les échantillons étaient toujours envoyés pour traitement au Portugal.

Depuis, 47 personnes sont décédées des suites de problèmes liés à la maladie dans l'archipel.

Cependant, sur les 4 978 cas confirmés à ce jour – dont la moitié ont été diagnostiqués au cours du dernier mois et demi -, près de 90% ont déjà été signalés comme guéris, avec 499 cas actifs de la maladie restants.

Sur ce total, Praia, sur l'île de Santiago, concentre l'inquiétude, avec 2 916 cas diagnostiqués de la maladie, suivie par l'île de Sal, avec un cumul de 654 cas confirmés à ce jour.

Dans la petite commune de Mosteiros, sur l'île Fogo, depuis le 17 août, l'épidémie locale alors détectée n'a cessé de croître et a déjà dépassé les cent et demi patients.

Officiellement, la maladie a atteint 19 des 22 municipalités du pays et huit des neuf îles habitées, à l'exception de Brava.

Le Premier ministre capverdien, Ulisses Correia e Silva, a déclaré ce mois-ci, dans un entretien avec l'agence de Lusa, que l'application du respect des normes sanitaires pour la prévention du covid-19 serait renforcée, avec une «tolérance zéro» pour les «défaillants».

Pour le chef du gouvernement, «de manière générale», la population prend des mesures pour prévenir sérieusement la transmission de la pandémie, «mais il suffit qu’un pourcentage minoritaire ne prenne pas au sérieux qu’il y ait des problèmes de propagation».

«Une minorité peut infecter de nombreuses personnes si elles sont irresponsables. Les mesures de prévention et d'inspection ont été permanentes », a-t-il déclaré.

Actuellement, et jusqu'à fin octobre, les îles de Fogo, Santiago et Sal restent dans un état de calamité, avec des mesures limitant le fonctionnement, par exemple, des établissements commerciaux, pour contenir la transmission du covid-19.

"Il y a eu des fermetures d'établissements et des détentions de personnes, nous serons plus implacables: distinguer avec un sceau de qualité (safe & clean) ceux qui se conforment et sanctionner les non-conformistes avec une tolérance zéro", garantit Ulisses Correia e Silva.

Selon l'évaluation hebdomadaire du Centre de contrôle et de prévention des maladies de l'Union africaine (CDC Afrique), publiée début septembre, le Cap-Vert est le deuxième pays du continent le plus touché, proportionnellement, par des cas de covid-19, juste derrière d'Afrique du Sud, enregistrant 647 cas de la maladie pour 100 000 habitants.

Cependant, Ulisses Correia e Silva, a rappelé que le Cap-Vert est aussi le pays africain «qui effectue le plus de tests en proportion de la population».

«Plus de 50 000 tests PCR réalisés et de nombreux autres tests rapides. Et ce nombre va augmenter en raison de la nécessité d'effectuer des tests sur les voyages et zones maritimes. De plus, les tests de masse font partie de la stratégie de dépistage pour isoler les personnes infectées », a ajouté le Premier ministre.

La pandémie de covid-19 a déjà fait au moins 936 095 décès et plus de 29,6 millions de cas d'infection dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PVJ // PJA

Le Covid-19: Le contenu capverdien des 5 000 personnes infectées en six mois et des cas quotidiens depuis le 28 mai apparaît en premier à Visão.