Le Brésil, l'un des pays les plus touchés par la pandémie de covid-19, reprendra lundi les tests d'un vaccin, qui est en cours de développement par un laboratoire anglo-suédois et l'Université d'Oxford, a été annoncé aujourd'hui.

"Après avoir évalué les données relatives aux effets secondaires indésirables, sa désinvolture et l'ensemble des données de tolérance générées dans l'étude, nous avons conclu que le rapport bénéfice / risque reste favorable et que, par conséquent, l'étude peut être reprise", a justifié le Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa) du Brésil, citée par l'agence Efe.

Cependant, Anvisa note qu '«elle continuera à surveiller tous les effets secondaires indésirables survenus pendant les tests et, dans le cas où une situation grave serait identifiée avec des volontaires brésiliens, elle prendra les mesures appropriées pour assurer la sécurité des participants.

Samedi, le laboratoire AstraZeneca, chargé de ces tests, avait annoncé la reprise des essais cliniques se déroulant dans des laboratoires au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Brésil et en Afrique du Sud, qui avaient été interrompus suite à un une réaction indésirable.

C'est l'un des nombreux vaccins qui se créent dans le monde, «à grande vitesse», pour tenter de contenir la pandémie causée par le nouveau coronavirus, qui a déjà causé plus de 28 millions d'infections et 900 000 décès.

Le vaccin britannique est considéré comme l'un des plus prometteurs.

Cette semaine, après la suspension des essais cliniques, Anvisa a déclaré qu'au Brésil il n'y avait aucun rapport de volontaires présentant des effets secondaires indésirables graves et a déclaré qu'elle était en contact avec le laboratoire pour avoir accès à toutes les informations.

Pour sa part, le ministère brésilien de la Santé a souligné que la priorité est la sécurité de tous les volontaires impliqués dans les tests, qui "est basée sur le standard international de bonnes pratiques cliniques".

AstraZeneca a commencé à tester la phase 3 du vaccin potentiel contre le covid-19 au Brésil fin juin, comme l'a expliqué l'Université fédérale de São Paulo (Unifesp), l'un des responsables de ces essais.

«Au Brésil, l'étude impliquera cinq mille volontaires et progressera comme prévu. Beaucoup ont déjà reçu la deuxième dose et, jusqu'à présent, aucun effet grave sur la santé n'a été enregistré », a-t-il déclaré.

La pandémie de covid-19 a déjà fait au moins 921 097 décès et plus de 28,8 millions de cas d'infection dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Le Brésil est le pays lusophone le plus touché par la pandémie et l'un des plus durement touchés au monde, si l'on compte le deuxième nombre de décès (plus de 4,3 millions de cas et 131 210 décès), après les États-Unis.

FAC // HB