1-1-e1669908198824-png

Table des matières

Covid-19: la Guinée-Bissau se prépare aux "pires effets de la pandémie"

Dans une interview avec Lusa, Nuno Nabiam a déclaré que la nouvelle pandémie de coronavirus aura un coût économique «lourd et durable» en Guinée-Bissau, qui menacera le «progrès» et creusera les inégalités.

"Nous nous préparons aux pires effets de cette pandémie, mais nous avons besoin de soutien pour nous préparer à la crise sanitaire et aux conséquences économiques", a-t-il souligné.

Interrogé par Lusa sur les liens de son gouvernement avec les principaux partenaires internationaux, le Premier ministre guinéen a déclaré qu'il était "concentré sur l'amélioration des relations" et qu'elles atteignaient le "point optimal".

«J'ai hérité du gouvernement et je suis tombé sur la situation des coffres de l'État épuisés par mon prédécesseur, donc face à ces urgences latentes, le soutien et l'appui des partenaires internationaux ont été cruciaux», a expliqué Nuno Nabian.

Nuno Nabian a été nommé Premier ministre par le président guinéen, Umaro Sissoco Embaló, qui a limogé le gouvernement d'Aristides Gomes, qui a quitté les législatures de mars 2019.

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, qui a arbitré la crise politique dans le pays, avait donné jusqu'au 22 mai pour former un gouvernement qui respecterait les résultats des élections législatives.

Le parlement de Guinée-Bissau, dont le gouvernement est issu, est divisé en deux blocs et tous deux prétendent avoir la majorité pour gouverner.

Cependant, le président guinéen a décidé de donner au 18 juin un délai pour résoudre l'impasse politique.

Selon le Premier ministre guinéen, au début de son mandat, il a ressenti "une légère gêne de la part de la communauté internationale", peut-être due à une "méfiance".

C'est un «fait que nous surmontons progressivement grâce à notre façon de conduire basée sur une stratégie très simple: une gestion transparente et une responsabilisation», a-t-il déclaré.

Nuno Nabian a également déclaré que la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus n'était gérée «au début qu'avec des ressources et de l'argent de l'État».

Ce qui, a-t-il dit, aura "suscité dans la communauté internationale la confiance dont elle avait besoin".

"Aujourd'hui, l'image que nous avons aux niveaux bilatéral et multilatéral est très différente de celle d'il y a deux mois, c'est-à-dire que nous avons effectivement reçu le soutien de certains partenaires, comme la Banque mondiale, par exemple", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre guinéen a également déclaré avoir reçu, sans surprise, le rapport du Programme des Nations Unies pour le développement sur l'impact socio-économique de la pandémie dans le pays et qu'il met en garde contre la possibilité d'une augmentation de la pauvreté et l'effondrement du système de santé.

"Il était prévisible que l'impact de la pandémie serait dévastateur sur le plan social et économique", a-t-il déclaré.

Selon le chef du gouvernement, un effort «incommensurable et ne disposant que de ressources internes» a été fait pour lutter contre la pandémie et garantir la sécurité alimentaire.

«Nous avons acquis et distribuons plus de 25 000 tonnes de riz et 10 000 tonnes de sucre à l'ensemble de notre population. Cet effort colossal représente pour le gouvernement la certitude qu'aucun Guinéen n'aura faim ou n'aura pas une nourriture suffisante en raison des dommages collatéraux de la pandémie », a-t-il souligné.

Nuno Nabian a également déclaré que les mesures et actions à mettre en œuvre pour «récupérer les finances publiques, le soutien et les incitations aux entreprises comme moyen de sauvegarder les emplois et les revenus» sont en cours d'évaluation et a rappelé que l'État avait déjà prêté de l'argent aux banques pour capitaliser les opérateurs nationaux de la campagne de la noix de cajou.

La Guinée-Bissau enregistre près de 1 400 cas cumulés de covid-19 et 12 décès, étant le troisième pays de la Communauté des pays de langue portugaise avec le plus de cas de nouveau coronavirus, après le Brésil et le Portugal.

En Afrique, il y a 5 678 décès confirmés et plus de 209 000 infectés dans 54 pays, selon les dernières statistiques sur la pandémie du continent.

Parmi les pays africains qui ont le portugais comme langue officielle, après la Guinée-Bissau se trouve la Guinée équatoriale (1 306 cas et 12 décès), qui n'a pas mis à jour les données depuis près de deux semaines, le Cap-Vert (616 cas et 5 décès), São Tomé et Príncipe (632 cas et 12 morts), le Mozambique (472 cas et deux morts) et l'Angola (113 infectés et quatre tués).

Le Brésil est le pays lusophone le plus touché par la pandémie et l'un des plus durement touchés au monde, en comptant le deuxième nombre de personnes infectées (plus de 772 mille, derrière les États-Unis) et le troisième des décès (39680, après les États-Unis et le Royaume-Uni). Uni).

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 416 000 morts et infecté plus de 7,3 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon le bilan réalisé par l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

Après que l'Europe a succédé à la Chine comme centre de la pandémie en février, le continent américain est désormais celui qui compte le plus de cas confirmés et le plus de décès.

MSE // PJA

Articles récents