Le Premier ministre a estimé qu '«il faut beaucoup de mauvaise foi» pour transformer les remerciements qu'il a adressés aux professionnels de la santé qui ont permis au Portugal d'être qualifié de sûr et choisi pour la phase finale de la Ligue des champions comme une insulte.

À son arrivée pour le concert de Rita Redshoes, au Teatro São Luiz, à Lisbonne, inséré dans le festival de solidarité Regresso ao Futuro, António Costa a été interrogé sur certaines critiques concernant ses propos selon lesquels la phase finale de la Ligue des champions à Lisbonne «est également un prix mérité pour les professionnels de la santé ».

"Il faut beaucoup de mauvaise foi pour remercier les Portugais et, en particulier, les professionnels de la santé qui ont permis de contrôler la pandémie, et pour cette raison d'être désigné et désigné comme un pays sûr, dans une insulte aux professionnels de la santé", a-t-il répondu.

De l'avis du premier ministre, "il faut beaucoup de mauvaise foi" pour "dénaturer" ses propos de cette manière.

«Je pense que tout le monde de bonne foi l'a réalisé. Le président de la République l'a bien compris. C'était un merci, ce n'était jamais une insulte », a-t-il réitéré.

Vendredi soir, le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a garanti que c'est le Portugal qui décidera de la présence du public lors de la phase finale de la Ligue des champions, et a insisté sur l'importance d'accueillir cette compétition à Lisbonne.

On lui a demandé s'il comprenait les critiques de la cérémonie de mercredi, quand il a été annoncé que la phase finale des «  Champions '' serait au Portugal, dans laquelle les présidents de la Fédération portugaise de football (FPF), Fernando Gomes, de la mairie de Lisbonne ont également pris la parole. , Fernando Medina, et le Premier ministre, António Costa, le chef de l'Etat ont répondu: "Franchement, je ne comprends pas".

«Les gens doivent comprendre ce qui suit: nous faisons ce que nous pouvons pour l'économie portugaise», a-t-il poursuivi, arguant que ce concours «remplira je ne sais pas combien d'hôtels à Lisbonne», même «uniquement avec l'entourage de l'équipe, sans public» , et représentera «une promotion auprès de millions et de millions et de millions de spectateurs, touristes potentiels du monde entier, à un moment où tout le monde le conteste, ce que Mme Merkel (Chancelière d'Allemagne9 voudrait avoir, ce que le Les dirigeants espagnols aimeraient avoir ”.

Marcelo Rebelo de Sousa a également été interrogé sur la déclaration du Premier ministre lors de cette cérémonie, selon laquelle la phase finale de la Ligue des champions à Lisbonne "est également un prix mérité pour les professionnels de la santé", qui a démontré que le Portugal dispose d'un service national de santé (SNS) «robuste pour répondre à toute éventualité».

«Je l'ai compris ainsi: qu'il n'était pas possible d'obtenir cela, qui a commencé à être contesté en mars et avril, et qui s'est poursuivi en mai et juin, s'il n'y a pas eu – et continue d'être, et continuera d'être – une réalité fondamentale, qui est que ce sont les professionnels de la santé qui ont enduré en première ligne la lutte contre la pandémie », a déclaré le président.

L'UEFA, l'union des fédérations européennes de football, a annoncé mercredi que les finales de la Ligue des champions 2019/2020 se dérouleront à Lisbonne, avec des quarts de finale, des demi-finales et des finales disputées entre le 12 et le 23 août, aux stades José Alvalade et Luz, en éliminatoires d'un match.

L'édition 2019/2020 de la Ligue des champions a été interrompue en mars en raison de la pandémie de Covid-19. La finale était initialement prévue pour mai à Istanbul, en Turquie.

JF (IEL) // MP

Le contenu de Covid-19: Il faut de la mauvaise foi pour transformer la santé en insulte – Costa apparaît d'abord à Visão.