Une source de GNR a déclaré à l’agence Lusa que ces données se réfèrent à la période entre 05h00 et 09h00, aux quatre points de contrôle entourant la clôture sanitaire des paroisses de São Teotónio et Longueira-Almograve.

Lusa a suivi l’un des points de contrôle, installé à l’une des entrées de Vila Nova de Milfontes, de l’action GNR, qui se développe de manière sereine, malgré quelques protestations concernant la «bureaucratie» que cette opération implique.

Tiago Costa était l’un des automobilistes inspectés, considérant la situation «un peu ennuyeuse», car il doit chaque jour se déplacer entre São Teotónio, où il a une unité touristique, et Vila Nova de Milfontes, où il vit également.

«J’ai deux adresses dans la municipalité d’Odemira, mon adresse principale est à São Teotónio, mais chaque jour je dois venir à Vila Nova de Milfontes pour m’occuper du jardin, pour quelques animaux. Si je m’empêche de traverser cette frontière, ce sera pénible car j’ai besoin de voyager tous les jours », a-t-il déploré.

«Je vais devoir faire les tests [à covid-19] tous les jours et, bien sûr, c’est ennuyeux, en plus d’être cher », a-t-il ajouté.

Au cours des dernières heures, Lusa a noté l’existence d’une longue file de travailleurs immigrés dans l’extension sanitaire de Vila Nova de Milfontes pour effectuer le test covid-19.

Samedi, le maire d’Odemira, José Alberto Guerreiro, a déclaré lors d’une conférence de presse que la situation épidémiologique dans la commune évolue avec « une tendance favorable », même si « certaines mises en garde » sont toujours maintenues dans les prochains jours.

«Dans la paroisse de Longueira-Almograve, nous pensons que, conformément à cette tendance, il y aura toutes les conditions pour que nous ayons, jeudi prochain, une décision de lever la clôture et des mesures totalement libres en ce qui concerne les activités économiques. Quant à la paroisse de São Teotónio, elle a encore des chiffres supérieurs à ce que nous voulons », a-t-il déclaré.

Les entrées et sorties pour travailler ou soutenir les personnes âgées dans les paroisses d’Odemira sous une clôture sanitaire sont devenues autorisées samedi, mais dépendent d’un test négatif pour le covid-19.

Selon un arrêté publié vendredi soir à Diário da República, entrée dans les paroisses de São Teotónio et Longueira-Almograve pour «l’exercice d’activités professionnelles» et pour «le soutien aux personnes âgées, handicapées ou dépendantes et pour des raisons de santé ou pour raisons humanitaires »dépend de la présentation de la preuve du test PCR négatif effectué au cours des 72 heures précédentes ou du test rapide antigène négatif effectué au cours des 24 heures précédentes.

Le départ des deux paroisses pour les mêmes raisons dépend également de la présentation d’un nouveau test antigénique rapide avec un résultat négatif, réalisé dans les 24 heures précédentes.

L’incidence élevée du covid-19 dans les deux paroisses était principalement due à des cas parmi les immigrants travaillant dans l’agriculture dans la région. La commune d’Odemira a déjà dépassé les incidences de 1 000 cas pour 100 000 habitants, mais jeudi elle en comptait environ 240 pour 100 000 habitants.

HYT (MLS) // ROC