Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, le Premier ministre, António Costa, le président de l’Assemblée de la République, Eduardo Ferro Rodrigues, la ministre de la Santé, Marta Temido, et des représentants des partis politiques entendront les interventions de plusieurs spécialistes dès 10h00 au siège de l’Autorité nationale du médicament, lors d’une réunion qui n’avait pas eu lieu depuis le 28 mai.

A l’heure où le pays a enregistré ces dernières semaines un maximum de nouveaux cas, hospitalisations et décès depuis mars, alors que le pays sortait de la pire phase de la pandémie, le gouvernement a réitéré qu’il ne prendra de décisions qu’après avoir écouté les avis des experts. . Pourtant, le secrétaire d’État adjoint à la Santé, António Lacerda Sales, est venu assurer lundi que la politique n’est pas l’otage de la science.

« La politique ne doit pas interférer avec la science, elle doit respecter la science, mais elle n’est ni capturée ni otage de la science. Il y a deux domaines de décision différents, mais certainement beaucoup de décisions que nous prenons, considérées, avec un équilibre technique, avec un équilibre politique, sont basées sur un soutien technique et scientifique », a-t-il souligné.

En plus de l’analyse habituelle de l’évolution épidémiologique et du suivi des variants du virus SARS-CoV-2 au Portugal, les conférences consacrées à l’efficacité du vaccin contre le covid-19, par Ausenda Machado, de l’Institut national de la santé Dr. Ricardo Jorge (INSA) et l’évaluation des risques à l’ère de la vaccination, par Andreia Leite, de l’École nationale de santé publique, Universidade Nova de Lisboa.

L’épidémiologiste Raquel Duarte, spécialiste à l’Institut de santé publique de l’Université de Porto qui a conseillé le gouvernement en matière de décontamination, est chargée de présenter une proposition pour la continuité du plan de réduction des mesures restrictives pour contrôler la pandémie. En parallèle, l’épidémiologiste Henrique Barros présentera ses attentes pour l’hiver 2021.

Un bilan de la situation concernant le plan de vaccination sera également fait par le coordinateur du groupe de travail, le vice-amiral Henrique Gouveia e Melo, à l’heure où le pays est cinquième de l’Union européenne en termes de population avec une vaccination complète (51% ), voire au-dessus de la moyenne communautaire (46 %).

Au Portugal, depuis le début de la pandémie, en mars 2020, 17 301 personnes sont décédées et 954 669 cas d’infection ont été enregistrés, selon la direction générale de la santé.

JYGO (IMA) // ZO

Le contenu de Covid-19 : experts et politiciens se retrouvent à Infarmed deux mois plus tard apparaît en premier dans Vision.