La décision n'est pas facile à prendre, suppose José Loureiro, l'un des conseillers des communautés portugaises élus par le cercle de Stuttgart. Sa mère, 87 ans, et sa sœur, presque 60 ans, l'attendent, comme chaque année au Portugal, mais la peur et l'incertitude peuvent conditionner le voyage.

«J'ai ce mois-ci pour décider, avec ma famille, si nous allons ou non. Je suis principalement préoccupé par les aéroports », a-t-il avoué, s'adressant à l'agence de Lusa, supposant que les doutes sont transversaux aux Portugais avec lesquels il est en contact.

«Certains sont encore indécis, d'autres ont déjà annulé ou reporté les voyages. Il y a beaucoup d'incertitudes en ce moment, beaucoup de doutes, et les gens ne veulent pas prendre le risque car ils sont soumis à la possibilité qu'à leur retour du Portugal, ils soient contraints à la mise en quarantaine. C'est un point fondamental car ces deux semaines ne seront pas payées par les employeurs par la suite », a expliqué José Loureiro.

Maria do Céu Romarigo, vice-présidente de l'Association portugaise de Gütersloh, dans l'État fédéral de Rhénanie du Nord-Westphalie, la plus peuplée d'Allemagne, admet que cette année elle ne se rend pas non plus dans son pays d'origine. Peut-être l'année prochaine, "si tout se passe bien".

«La plupart des Portugais avec qui j'ai des contacts ne vont pas au Portugal. C'est mon cas, vous ne pouvez pas le risquer. Je me garde davantage parce que je suis diabétique, et j'ai peur qu'en cours de route, je ne sois infecté », a-t-il supposé.

Gütersloh était l'un des deux sites qui sont retournés en détention en juin, après une épidémie avec plus de 1 500 travailleurs dans une usine de viande.

«Mon frère est déjà parti en voiture, tout s'est bien passé, il a fait le test avant de partir et tout va bien. Il a déjà reçu le résultat au Portugal, dans une application de téléphonie mobile, jusque-là, il a passé deux jours à la maison, en détention », a-t-il déclaré à l'agence de Lusa.

Luís Pacheco se passera également des vacances habituelles au Portugal. Vivant à Hambourg, le président de la Luso Hanseatic Association, reconnaît avoir parlé à la famille, qui a accepté.

"Beaucoup ont déjà un certain âge et pensent que cela peut être dangereux, surtout avec le voyage en avion", a-t-il expliqué, ajoutant que plusieurs Portugais avec lesquels il avait contacté étaient déjà ou vont toujours en voiture, mais nombreux sont ceux qui "admettent avoir peur d'une éventuelle seconde". vague du virus »et a choisi de rester.

Manuel Campos, président du Groupe de réflexion et d'intervention GRI-DPA de la diaspora portugaise en Allemagne, suppose seulement d'avoir peur de la peur, pas du virus.

S'adressant à l'agence de Lusa pendant des vacances en Algarve, il a révélé que "plusieurs personnes ont peur de venir à cause des nouvelles, car il y a eu des épidémies dans certaines régions", notant que "beaucoup ont déjà fait le voyage lorsque la frontière espagnole a rouvert" .

Le retour étant reporté, il a également averti que «de nombreux vols quittant l'Allemagne sont constamment annulés et à des dates modifiées», appelant les gens à être informés le plus possible.

Conseil partagé par Alfredo Stoffel, l'un des conseillers des communautés portugaises en Allemagne élus par les cercles de Düsseldorf, Hambourg et Berlin.

«Il y a une certaine insécurité parce que le Portugal dit une chose, d'autres pays en disent une autre. Il est important que les gens obtiennent des informations des services de l'ambassade ou des consulats généraux dans le domaine de compétence. Il est important de comprendre les conditions auxquelles ils peuvent être confrontés s'ils décident d'aller en voiture, à l'aller comme au retour », a-t-il averti.

S'adressant à Lusa, il a supposé que, malgré les craintes, de nombreux Portugais continuent de planifier leurs voyages, à la fois en voiture et en avion, "sachant que les frontières sont ouvertes, ils essaieront de partir".

Le Portugal compte au moins 1 654 décès associés à la covid-19 dans 46 221 cas d'infection confirmés, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé (DGS).

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 561 000 morts et infecté plus de 12,58 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Avec 200 000 personnes infectées et 9 000 morts, l'Allemagne fait plus de morts que le Portugal et plus de cas.

Environ 150 000 Portugais vivent dans le pays.

JYD // VM