Des milliers de Brésiliens sont descendus dans la rue aujourd'hui dans plusieurs villes, dont la capitale Brasilia et les métropoles les plus peuplées du pays, São Paulo et Rio de Janeiro, se joignant aux protestations contre et en faveur du président Jair Bolsonaro.

Les manifestations ont eu lieu lorsque le pays est témoin du nombre de décès causés par la pandémie du nouveau coronavirus à tirer, ainsi que du nombre de personnes infectées.

La plus grande manifestation, qui a rassemblé des milliers de personnes à São Paulo, à Largo da Batata, à l'ouest de la ville, a été convoquée par des groupes de gauche et des supporters d'équipes de football.

Ces manifestants ont défendu la démocratie, critiqué le chef de l'Etat brésilien et appelé à la fin du racisme structurel dans le pays. La manifestation a été pacifique et a duré un peu plus de trois heures.

Toujours à São Paulo, un petit groupe de personnes qui soutiennent Bolsonaro s'est réuni sur l'Avenida Paulista, où les défenseurs du président se réunissent depuis quelques semaines pour protester contre les mesures d'isolement social adoptées par les gouvernements régionaux.

Ces manifestants brandissaient des pancartes demandant le retour de la dictature militaire, la fermeture du Congrès et la Cour suprême fédérale (STF), le plus haut niveau de justice du pays.

Initialement, la manifestation convoquée pour critiquer et la manifestation convoquée pour défendre Bolsonaro auraient lieu sur l'Avenida Paulista, mais une décision de justice a interdit les manifestations de groupes opposés le même jour, afin d'éviter des affrontements tels que ceux qui se sont déroulés sur le site la semaine précédente.

À Rio de Janeiro, des dizaines de partisans du chef de l'État se sont rassemblés sur la plage de Copacabana dans la matinée, portant des vêtements verts et jaunes, tenant des drapeaux brésiliens, dans un acte pacifique.

En début d’après-midi, des groupes opposés au gouvernement brésilien se sont rassemblés dans le centre de la capitale de la «carioca», lors d’une manifestation qui comprenait des critiques contre le racisme.

À Brasilia, deux manifestations, l'une contre et l'autre en faveur du gouvernement dirigé par Bolsonaro, ont eu lieu dans la matinée, à l'Esplanada dos Ministérios. La police a effectué une opération de sécurité et aucun affrontement n'a été enregistré.

Bolsonaro, qui tout au long de la semaine a appelé des membres de groupes qui ont appelé à des actes contre lui de la part de criminels, de toxicomanes et de terroristes, et a même demandé à ses partisans de ne pas descendre dans la rue dimanche, n'a pas commenté les manifestations.

Vers midi, le chef de l'Etat brésilien a quitté le Palácio da Alvorada, sa résidence officielle, et s'est entretenu avec des personnes extérieures.

Dans la conversation, diffusée sur les médias sociaux, Bolsonaro a parlé de l'économie et a déclaré qu'une énorme vague de chômage était en route vers le pays. Le Président a déclaré que la responsabilité de ce problème ne pouvait être imputée à son gouvernement.

Pour Bolsonaro, le chômage est la faute des maires et des gouverneurs qui ont adopté des mesures d'isolement social pour contenir la pandémie de Covid-19 et, par conséquent, paralysé l'économie du pays.

Le Brésil a enregistré 904 décès et plus de 27 075 000 nouveaux cas de nouveau coronavirus au cours des dernières 24 heures, selon les dernières données du ministère de la Santé du pays.

Au total, le Brésil, qui est l'un des plus touchés par la pandémie dans le monde, a déjà confirmé 672 846 cas et 35 930 décès causés par le covid-19.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 400 000 morts et infecté plus de 6,9 ​​millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon le bilan réalisé par l'agence française AFP.

CYR // MLS

Le contenu de Covid-19: les Brésiliens protestent contre et en faveur de Bolsonaro dans plusieurs villes apparaissent d'abord à Visão.