Le directeur général du Centre technologique des industries du textile et de l’habillement du Portugal (CITEVE) a déclaré aujourd’hui que les masques FFP2 « sont très bons » en termes de filtration, mais contiennent « un ensemble de problèmes », notamment dans le domaine de la respirabilité.

S’adressant à l’agence Lusa, Braz Costa a ajouté qu ‘«il existe des solutions textiles» au cas où il serait nécessaire d’augmenter le niveau de protection des masques sociaux et que CITEVE, l’organisme certificateur de masques, travaille déjà dans ce sens.

«Les masques FFP2 sont très bons en matière de filtration, mais ils ont un certain nombre d’autres problèmes. Ils ont des problèmes dans le domaine de la respirabilité, ils peuvent avoir des problèmes dans le domaine de l’accumulation de CO2 », a-t-il déclaré.

Selon Braz Costa, la plupart des masques FFP2 utilisés au Portugal sont importés et CITEVE a déjà testé certains d’entre eux, détectant des «problèmes graves».

Pour cette raison, et à l’heure où certains pays imposent l’usage obligatoire des masques FFP2, Braz Costa demande aux autorités sanitaires portugaises la «sagesse», soulignant qu’il existe des solutions textiles pour donner aux masques sociaux un niveau de protection plus élevé.

«Soyez sensé au lieu d’imposer, de manière carrée, l’utilisation de masques FFP2, qui posent plusieurs problèmes. Il existe des solutions textiles qui peuvent donner aux masques sociaux un niveau de protection beaucoup plus élevé. Nous y travaillons déjà. S’il est nécessaire de faire un autre saut, nous le ferons », a-t-il souligné.

Il a également déclaré que ce serait «une autre opportunité» pour le secteur textile.

Pour le directeur général de la CITEVE, les pays qui envisagent l’utilisation obligatoire du FFP2 « ont été relativement imprudents » en ce qui concerne la réglementation et le contrôle de qualité des masques communautaires.

« Dans ce moment de tension, ils finissent par prendre la décision la plus simple, qui est de mettre tout le monde avec un FFP2 », a-t-il critiqué.

Lundi, la ministre de la Santé Marta Temido a déclaré que le ministère avait interrogé la direction générale de la santé sur la nécessité de revoir les mesures préventives contre le covid-19, compte tenu de la prolifération de nouvelles variantes du virus SRAS-CoV.2 au Portugal.

«Il n’y a toujours pas d’autres recommandations spécifiques sur la question des masques au niveau du Centre européen de contrôle des maladies et nous avons toujours aligné nos positions sur les recommandations internationales. Nous sommes très attentifs et dès qu’il y aura une information qui pose le moindre besoin d’adaptation, nous le ferons », a déclaré Marta Temido.

La pandémie de covid-19 a provoqué au moins 2 140 687 décès résultant de plus de 99,6 millions de cas d’infection dans le monde, selon un rapport de l’agence française AFP.

Au Portugal, 10 469 personnes sont décédées des 636 190 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

VCP // ZO