Marcelo Rebelo de Sousa, qui s'exprimait à la fin d'une autre réunion technique sur l'évolution de Covid-19 au Portugal, à Infarmed, à Lisbonne, a fait valoir que ces deux secteurs «ne se sont jamais arrêtés, même dans une période de confinement, vous ne pouvez donc pas dire qu'il y a forcément l'effet de la déviation ».

S'adressant aux journalistes, le chef de l'Etat a rappelé que "le poids" de ces deux domaines d'activité dans les nouveaux cas de covid-19 survenus dans la région de Lisbonne et de Vale do Tejo est "un point en cours d'exploration, dans le sens d'une enquête. »Par les experts.

«Si tel est le cas, et si les entreprises souhaitent tester le plus grand nombre de travailleurs dans ces deux domaines, cela peut expliquer – cela vaut la peine d’enquêter – ce qui s’est passé au cours des deux dernières semaines à Lisbonne et à Vale do Tejo, parce que un impact particulièrement fort sur les travaux temporaires et la construction civile », a-t-il ajouté.

Selon le président de la République, ces «pistes de réflexion» et d'autres «seront approfondies» et abordées à nouveau lors de la prochaine réunion d'Infarmed, prévue le 24 juin, au cours de laquelle «l'évolution nationale globale» du covid-19 et «L'évolution dans la région de Lisbonne et de la vallée du Tage» en particulier.

Quoi qu'il en soit, Marcelo Rebelo de Sousa a dramatisé la situation dans cette partie du pays, se référant à «une perception, c'est-à-dire une compréhension par l'opinion publique, d'une aggravation dans la région de Lisbonne et de Vale do Tejo qui est supérieure à l'aggravation réelle» .

"Il y a ici une perception qui est même injuste pour les autres régions, car lorsque nous avons la liste des municipalités avec la plus forte incidence d'épidémies, dans les dix premières il n'y a pas de municipalité dans la région de Lisbonne et Vale do Tejo", a-t-il souligné, observant: "Déjà on oublie ce qui s'est passé au Nord et au Centre de façon très, très marquée, dans les phases précédentes ».

La pandémie de Covid-19, une maladie causée par un nouveau coronavirus détecté en décembre dernier dans le centre de la Chine, a touché 196 pays et territoires.

Au Portugal, les premiers cas ont été confirmés le 2 mars et 1 485 personnes sont déjà décédées sur un total de 34 885 personnes déclarées infectées, selon la direction générale de la santé (DGS).

IEL // JPS