Cabo Verde Airlines a précisé aujourd'hui qu'elle avait déménagé pour maintenance, à Miami, les trois Boeing avec lesquels elle opérait jusqu'à la suspension des vols internationaux vers l'archipel, après des nouvelles qui expliquaient la rétention de l'avion à l'étranger.

Une note de la compagnie, qui a été totalement arrêtée depuis le 19 mars en raison de la pandémie de Covid-19, indique que les avions ont été déplacés vers un centre de maintenance à Opa Locka, Miami, aux États-Unis d'Amérique (USA).

«Il s'agit d'une pratique courante de la part des compagnies aériennes lorsque les avions ne sont pas utilisés. Dans ce centre, les avions recevront les soins nécessaires jusqu'à ce qu'il soit possible de reprendre nos opérations », a précisé la note, quelques heures après la nouvelle au Cap-Vert, faisant état de la rétention présumée d'avions aux États-Unis.

Le gouvernement capverdien a suspendu toutes les liaisons aériennes internationales le 19 mars pour contenir la transmission du Covid-19, qui ne devrait reprendre qu'en août, de sorte que la société a été arrêtée pendant plus de trois mois et demi.

«Les conditions climatiques et atmosphériques du Cap-Vert (humidité, soleil et particules de sel en suspension) sont nocives pour les avions à l'arrêt, nous avons donc pris les mesures nécessaires pour leur entretien et leur entretien. Cette décision est l'occasion rêvée et nous attendons depuis si longtemps d'installer des équipements de divertissement embarqués et des connecteurs USB afin que nos passagers puissent en profiter lorsque nous reprendrons l'avion », a ajouté la compagnie.

Le vice-Premier ministre du Cap-Vert, Olavo Correia, a déclaré aujourd'hui que le gouvernement tentait dans un «processus de négociation» de rendre viable, depuis mars 2019, le CVA, dirigé par des investisseurs islandais.

Dans un message publié en début d'après-midi, Olavo Correia, qui est également ministre des Finances, assure que la CVA, privatisée à 51% en mars 2019, est une «entreprise nationale» ayant «un grand impact sur l'économie capverdienne».

"Nous faisons tout pour créer un nouveau contexte pour que l'entreprise continue de fonctionner, il n'est donc pas logique que nous créons des informations qui visent uniquement à nuire à l'image de l'entreprise et à l'image du Cap-Vert", a déclaré le responsable gouvernemental.

Avant la crise provoquée par la pandémie de Covid-19, la direction de CVA avait déjà souligné que l'entreprise avait un besoin urgent d'un prêt à long terme pour garantir son fonctionnement.

«La CVA, comme toutes les entreprises du monde qui sont dans le secteur de l'aviation, sont en difficulté et en difficulté, non seulement maintenant, mais aussi par rapport à l'avenir. Par conséquent, il y a un grand engagement du gouvernement du Cap-Vert afin que, avec le partenaire stratégique, nous puissions trouver une solution pour le porte-drapeau national », a-t-il défendu.

En mars 2019, l'État du Cap-Vert a vendu 51% de la société alors publique TACV pour 1,3 million d'euros à Lofleidir Cabo Verde, société détenue à 70% par Loftleidir Icelandic EHF (groupe Icelandair, qui détenait 36% CVA) et 30% par des entrepreneurs islandais ayant une expérience dans le secteur de l'aviation (qui ont assumé les 15% restants des 51% de parts privatisées).

"Nous sommes déterminés et engagés à rendre cette solution réalisable", a ajouté Olavo Correia dans le message d'aujourd'hui, garantissant qu'il est nécessaire de "trouver un chemin commun, défendre les positions des parties" jusqu'à parvenir à "un compromis".

"Ce qui est le plus normal et habituel dans un processus de négociation, partout dans le monde", a-t-il maintenu, après avoir préalablement supprimé un scénario de nationalisation de l'entreprise.

Le gouvernement capverdien a conclu cette année la vente de 10% des actions CVA aux travailleurs et émigrants, mais les 39% restants, qui devraient être cédés en bourse, aux investisseurs privés, resteront désormais du domaine de l'Etat, a annoncé une décision. par l'exécutif en raison de la situation de l'entreprise, affectée par la pandémie.

La CVA a transporté près de 345 mille passagers au cours de la première année suivant la privatisation (du 1er mars 2019 au 28 février 2020) de 51% de la compagnie, soit une augmentation de 136% par rapport à la période précédente, selon les données fournies en mai à Lusa par compagnie.

Le Cap-Vert a enregistré une accumulation de 1 301 cas de covid-19 depuis le 19 mars, avec 15 décès, mais 629 ont déjà été signalés comme récupérés.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 516 000 morts et infecté plus de 10,71 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

PVJ // LFS

Le contenu Covid-19: Cabo Verde Airlines indique qu'il a déplacé des avions pour la maintenance aux États-Unis apparaît d'abord dans Vision.