La Commission européenne a défendu aujourd'hui que les frontières intérieures de l'Union européenne devraient être rouvertes si possible dès lundi, compte tenu de l'évolution de la pandémie covid-19, admettant que, dans le cas du Portugal, cette recommandation est difficile à appliquer.

Lors d'une conférence de presse pour présenter les recommandations de la Commission concernant la levée "progressive et partielle" des restrictions imposées aux voyageurs en provenance de pays tiers à partir du 1er juillet, le commissaire à l'Intérieur a souligné à plusieurs reprises que les frontières extérieures ne peuvent commencer à rouvrir dès que que toutes les frontières intérieures sont déjà en place, et a mis à jour la recommandation de Bruxelles, qui propose désormais que cela se fasse "le plus tôt possible, à partir de lundi", 15 juin.

Selon Ylva Johansson, cette nouvelle recommandation de la Commission prend en compte l'évolution très positive et rapide de la situation épidémiologique en Europe et le fait que la plupart des États membres de l'UE "convergent beaucoup vers la date du 15 juin" .

Dans le cas des pays qui ne s'attendaient pas à le faire à cette date, il a reconnu que la recommandation d'aujourd'hui était difficile à appliquer dans un délai aussi court.

Interrogé sur l'annonce récente que le Portugal et l'Espagne maintiendront les frontières fermées jusqu'au 30 juin, le commissaire suédois a rejeté l'idée d'un manque de coordination, admettant que le Conseil des affaires intérieures de l'UE la semaine dernière avait souligné la levée de les restrictions internes jusqu'à la fin du mois, et c'est seulement aujourd'hui que l'exécutif de la communauté a recommandé qu'elle ait lieu plus tôt.

«Je comprends que lorsque nous recommandons la réouverture un jeudi lundi, c'est un délai très serré pour les gouvernements qui n'ont pas encore pris cette décision, je comprends cela. Mais on voit aussi que les Etats membres convergent beaucoup vers le 15 juin, d'où notre recommandation », a-t-il justifié.

En tout cas, a-t-il insisté, "la chose la plus importante est que toutes les frontières intérieures soient ouvertes avant que l'UE ne commence à ouvrir les frontières extérieures", ce que la Commission a proposé aujourd'hui d'avoir lieu le 1er juillet, donc il n'y aura pas de problème si les États membres «utilisent une ou deux semaines supplémentaires en juin», comme le prévoient le Portugal et l'Espagne.

Aujourd'hui, le Portugal et l'Espagne ont convenu d'ouvrir quatre autres points de passage frontaliers, à savoir à Melgaço, Monção, Miranda do Douro et Vila Nova de Cerveira, a annoncé aujourd'hui le ministère de l'Administration intérieure.

Les jours ouvrables, entre 7h00 et 2h00, les nouveaux passages suivants entre les deux pays auront lieu: à Melgaço, à Lugar do Peso, sur la Estrada Nacional 202; à Monção, sur l'Avenida da Galiza, sur l'Estrada Nacional 101; Miranda do Douro, au km 86, sur la route nationale 218 et à Vila Nova de Cerveira, au km 104, sur la route nationale 13.

Ces quatre nouveaux points de passage rejoignent ainsi ceux qui étaient déjà autorisés et qui fonctionnent en permanence: Valença, Vila Verde da Raia, Quintanilha, Vilar Formoso, Monfortinho, Marvão, Caia, Vila Verde de Ficalho et Castro Marim.

En plus de cela, les points de Mourão (qui fonctionne les jours ouvrables, de 7h00 à 9h00 et de 18h00 à 20h00), de Rio de Onor (les mercredis et samedis) , de 10h00 à 12h00), de Tourém (les lundis et jeudis, de 6h00 à 8h00 et de 17h00 à 19h00) et de Barrancos (le lundi) et le jeudi, de 6h00 à 8h00 et de 17h00 à 19h00).

Dans une déclaration envoyée à Lusa, l'AMI rappelle que le Portugal et l'Espagne maintiendront le contrôle des personnes aux frontières entre les deux pays jusqu'au 30 juin, dans le cadre des mesures de lutte contre la pandémie de la maladie du Covid-19.

La décision de maintenir le rétablissement des contrôles aux frontières, à titre exceptionnel et temporaire, a été convenue entre les gouvernements des deux pays et résulte de l'évaluation de la situation épidémiologique dans l'Union européenne, en tenant également compte des mesures proposées par la Commission européenne.

L'accord maintient tous les vols à destination ou en provenance de l'Espagne suspendus, à l'exception des avions d'État, des forces armées, de ceux qui font partie du dispositif spécial de lutte contre les incendies en milieu rural, ainsi que des vols pour le transport de fret et de courrier, les vols de caractère urgence humanitaire ou médicale. Les passagers en provenance de pays européens en dehors de l'espace Schengen sont désormais autorisés à entrer, sauf lorsqu'ils transitent vers d'autres pays où ils n'ont aucune liberté de circulation, ajoute l'AMI.

Le trafic ferroviaire est également suspendu, à l'exception du transport de marchandises et du transport fluvial entre les deux pays. Cependant, il est désormais possible d'amarrer des bateaux de plaisance et de débarquer.

Le Portugal compte au moins 1 497 décès associés à la covid-19 dans 35 600 cas d'infection confirmés, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé (DGS).

Après environ deux mois au cours desquels la majorité de la population mondiale a été confinée chez elle ces dernières semaines, les pays ont entamé un processus de déflation. Après trois périodes d'état d'urgence, le gouvernement portugais est passé à l'état de catastrophe.

ACC (OUI) // JNM