*** Service audio disponible sur www.lusa.pt ***

*** Ana Matos Neves, de l'agence Lusa ***

Au moment où le Portugal est sur la «liste rouge» de nombreux pays de l'Union européenne (UE) pour les restrictions de voyage dues à la pandémie, la Commission européenne admet les tensions entre les États membres, exigeant l'adoption de mesures «proportionnelles».

Dans un entretien avec l'agence Lusa à Bruxelles, la commissaire européenne à l'intérieur, Ylva Johansson, a admis qu '«il y a des tensions entre certains États membres lorsqu'ils comprennent qu'un pays voisin n'a pas agi correctement, n'a pas informé ou n'a pas a coopéré ».

"Ces types de mesures ne sont pas mauvais en soi, mais il est important qu'elles soient proportionnelles car, parfois, elles englobent tout le pays", alors qu'elles auraient dû "être davantage orientées vers certaines zones, où il y a plus de problèmes", a fait valoir le responsable.

Et il a averti: «(Les pays) doivent agir de manière appropriée».

Pour le commissaire européen qui supervise la libre circulation dans l'UE et dans l'espace Schengen – fortement affecté par la pandémie de covid-19 étant donné la fermeture de certaines frontières intérieures pendant quelques semaines – des améliorations sont «nécessaires».

«Pour qu'il y ait une bonne relation entre les pays, il est important qu'ils soient en contact les uns avec les autres avant, par exemple, de mettre un autre pays sur une 'liste rouge', (afin de) avoir un dialogue pour voir si c'est la meilleure approche ou s'il existe une autre manière d'agir et aussi d'informer l'autre État membre de ce processus », a défendu Ylva Johansson.

Cependant, "je sais (ça ne se passe pas)", a reconnu le responsable.

Compte tenu du nombre élevé de cas quotidiens, essentiellement dans la région de Lisbonne et de la vallée du Tage, le Portugal a même été placé sur la «  liste rouge '' de plusieurs pays européens tels que la Grèce, la Hongrie, le Royaume-Uni ou la Belgique, certaines de ces restrictions ayant été ou en cours de révision entre-temps.

Les autorités belges, par exemple, ont commencé à imposer des restrictions à ceux qui reviennent de l'une des 19 paroisses signalées dans la région de Lisbonne et non dans tout le pays.

«Quand il y a une augmentation des infections, bien sûr il y a un problème, et nous devons y faire face, mais cela doit être fait proportionnellement», a renforcé Ylva Johansson, évoquant également l'existence de réunions hebdomadaires entre les États membres afin que chacun a «la bonne information sur l'évolution de la pandémie dans différents pays».

En mars dernier, l'Europe est devenue l'un des plus grands épicentres de l'épidémie de covid-19 dans le monde, ce qui a conduit les pays à imposer le confinement de la population et à restreindre les voyages, avec 17 États membres et membres de l'espace Schengen fermant leur ses frontières intérieures.

Selon Ylva Johansson, et une fois la situation stabilisée, les frontières intérieures ont pratiquement toutes été rouvertes, à l'exception de pays comme la Finlande, le Danemark, la Norvège et la Lituanie.

"Ma recommandation est de lever immédiatement toutes les restrictions aux frontières", a déclaré le commissaire européen.

En effet, pour le fonctionnaire suédois, "les États membres adoptent désormais d'autres types de mesures telles que l'imposition de la quarantaine ou l'obligation d'effectuer des tests", ce qui se traduit par une "meilleure méthode que les restrictions aux frontières" .

Bien que je ne puisse pas prédire quand, la certitude d'Ylva Johansson est que la libre circulation redeviendra bientôt une réalité: «Je suis sûr que nous retournerons à un espace Schengen pleinement fonctionnel, cela ne me préoccupe pas».

UNE ANGUILLE