Le Premier ministre, António Costa, reçoit aujourd'hui, tout au long de la journée, les partis siégeant au parlement pour rechercher un consensus sur les mesures immédiates à prendre pour lutter contre la pandémie de covid-19.

S'adressant à l'agence Lusa, le député BE Moisés Ferreira, a anticipé qu '«il doit y avoir une gamme de mesures plus complète et plus large», prenant «quatre propositions pour la réunion, qui devraient être mises en œuvre dès que possible».

«Le premier est le renforcement de la santé et la capacité de réponse des soins de santé, notamment par l'utilisation de toutes les capacités installées dans le pays et par l'intégration du secteur privé sous la gestion du SNS et sous la planification du SNS, si nécessaire en les équipements, les professionnels et les installations nécessaires pour cela », a-t-il souligné.

Interrogé pour savoir si cette demande du secteur privé est possible sans qu'un état d'urgence ne soit décrété, Moisés Ferreira a assuré que oui, dès le départ car la loi fondamentale actuelle «dit, noir sur blanc, que l'autorité sanitaire peut demander des services qui comprendre dans une situation d'épidémie ou de menace grave pour la santé publique »

«En revanche, placer toutes les ressources privées sous la gestion et la planification du SNS [National Health Service] ne touche pas vraiment à la propriété. Ce qu'il dit, c'est que le NHS, dans cette situation, a la capacité de planifier, gérer et mobiliser les ressources nécessaires. Avec le cadre actuel, il nous semble qu'il est déjà parfaitement possible de le faire », a-t-il justifié.

La deuxième proposition que les bloqueurs vont présenter à la réunion à la résidence officielle du Premier ministre est liée à l'existence de mesures localisées et régionalisées, qui "peuvent être quelque chose à prendre en compte pour les prochains jours", mais "ne peuvent pas être laissées sans surveillance. questions de limitation de mouvement ou de libertés ».

«Ces mesures devraient aller de ce que nous avons déjà prévenu depuis mars, à savoir la nécessité d'intervenir sur les déterminants sociaux et économiques de la maladie», a-t-il prévenu, défendant des réponses immédiates aux problèmes du logement, des transports publics, du travail et de la pauvreté.

Le troisième point est une idée que la dirigeante de BE, Catarina Martins, a déjà proposée publiquement et qui passe par «l'existence et la constitution d'un conseil scientifique qui travaille en permanence».

"Un conseil scientifique qui travaille en permanence, c'est-à-dire à plein temps, le cas échéant avec rémunération des personnes qui le constituent ou avec la réquisition de ces personnes aux institutions, qui travaille en permanence pour cela, dans l'analyse de l'évolution de l'épidémie au Portugal", a-t-il expliqué.

Enfin, pour Moisés Ferreira, «une communication plus importante et meilleure de la part du gouvernement et de la Direction générale de la santé» est nécessaire.

«Il faut que cette communication serve à une alphabétisation des populations face à la pandémie, c'est-à-dire qu'elles comprennent bien quelle est la situation actuelle, quel est le risque, quelles sont les perspectives d'évolution», a-t-il dit, déplorant que la communication de questions scientifiques ne est bien fait.

Considérant que la «communication qui ne se fera pas uniquement avec des conférences de presse», le bloqueur adjoint a averti que «si la communication n'existe pas et ne commence à être remplacée que par des mesures obligatoires, de sanction il y a un risque de moins en moins d'adhésion à la mesures de santé publique ».

JF // JPS

Le contenu Covid-19: BE veut que toute la capacité installée dans le domaine de la santé soit exploitée, y compris la privée, apparaît en premier dans Visão.