ANA – Aeroportos de Portugal, gestionnaire des aéroports nationaux, procédera à «un plan de départ volontaire», dans le cadre du redimensionnement de ses équipes, en raison de l'impact de la covid-19, selon un message du président de l'entreprise.

«Face à une crise que nous savons désormais durable, il faut aussi, maintenant, redimensionner nos équipes. Donc, simultanément, j'ai demandé à chaque Direction d'identifier les besoins actuels afin qu'un plan de sortie volontaire puisse être élaboré avec le service des ressources humaines », a expliqué Thierry Ligonnière, dans un« email »adressé aux salariés, auquel Lusa avait accès.

«Il y a trois mois, les effets prévisibles de la pandémie de Covid-19 sur notre entreprise nous ont amenés à lancer un important plan de réduction des coûts pour garantir que notre société conserve un profil de trésorerie suffisant pour honorer ses obligations jusqu'à la fin de l'année. reprise attendue des voyages aériens et du tourisme »commence par expliquer le responsable.

Thierry Ligonnière rappelle que, compte tenu du fait que le trafic a été quasiment stoppé «une grande partie des services fournis a été renégociée, certains d'entre eux ont été internalisés, reportés ou simplement annulés», avec le groupe, détenu par Vinci, qui passe en revue «les investissements, le maintien de ce seuls les travaux en cours et les projets correspondant à des obligations contractuelles ou réglementaires, ou à des besoins urgents de maintenance lourde ».

Pour le moment, "le niveau de reprise du trafic est malheureusement loin de ce à quoi nous nous attendions, et il y a de grandes incertitudes", a indiqué le président de l'ANA, indiquant la situation du TAP et du SATA, ainsi que l'absence du Portugal des couloirs aériens avec l'Angleterre. comme «des motifs de préoccupation croissante».

«La baisse du trafic est accentuée par la réduction proportionnelle de nos tarifs, ce que notre règlement nous oblige à faire. Du côté non réglementé, il y a une forte pression de nos clients, moins résistants que nous, pour rééquilibrer les conditions qui leur permettraient d'éviter une cessation d'activité », a souligné le responsable.

Ligonnière a ensuite indiqué que, dans ce contexte, il est nécessaire d'intensifier les «efforts pour contenir les coûts», y compris «l'utilité de chaque dépense», et la réévaluation de tous les achats et de reconstruire la structure des coûts «sur une base zéro» .

"Toujours en ce qui concerne la masse salariale, il est inévitable que nous devions aller plus loin, en privilégiant, dans la mesure du possible, le recours à des mesures volontaires", a-t-il dit, ajoutant que deux mécanismes étaient proposés aux travailleurs.

Ainsi, les salariés pourront opter pour la «réduction du temps de travail en personne: les travailleurs pourront maintenir, jusqu'à la fin de l'année en cours, une réduction de 20% de leur durée normale de travail, percevant 90% de leur rémunération» ou en le télétravail, dans lequel "ils auront la possibilité, d'ici la fin de l'année en cours, d'accéder au télétravail, réduisant ainsi de 10% leur durée normale de travail et percevant 90% de leur rémunération", a déclaré le président de l'ANA.

Mais «face à une crise que l'on sait désormais durable, il faut aussi, maintenant, redimensionner nos équipes. J'ai donc demandé simultanément à chaque Direction d'identifier les besoins actuels afin qu'un plan de sortie volontaire puisse être élaboré avec le service des ressources humaines », a conclu le responsable.

En réaction, les syndicats Sitava (Syndicat des travailleurs de l'aviation et des aéroports) et Sindav (Syndicat démocratique des travailleurs des aéroports et de l'aviation) ont fait référence, dans un communiqué, à la réunion du 7 juillet entre les représentants des travailleurs et l'entreprise, suivi de la communication du président de l'ANA.

Sur cette note, les structures ont veillé à ce que les mouvements dans les aéroports «reprennent».

"Nous ne pouvons pas ignorer également que l'activité de cette entreprise est l'une des plus rentables du pays et que, année après année, ANA a réalisé des bénéfices extrêmement élevés qui lui ont évidemment apporté une solidité financière unique dans l'univers des affaires portugais", selon les syndicats, qui mettent en évidence «le poids très faible de la masse salariale dans la structure des coûts de l'entreprise (moins de 10%)».

"De plus, dans son activité non réglementée, tous les revenus n'ont été que reportés, ce qui ne montre pas que ANA a l'intention de renégocier les montants ou même de procéder à une remise de dette", ont assuré les travailleurs.

"De ce qui précède, la position de ces syndicats est que l'ANA Aeroportos de Portugal n'a pas besoin d'appliquer de mesures d'atténuation des coûts et que nous considérons même quelque chose d'abusif et même révélant très peu de considération pour les travailleurs, l'utilisation de telles mesures", a conclu la déclaration.

ALYN // EA

Le contenu de Covid-19: ANA – Airports va de l'avant avec un plan de «départ volontaire» apparaît d'abord à Visão.