« Les perspectives ne sont pas encore favorables aux grands rassemblements. Nous pensons aussi qu’avec un certain temps [de preparação], il pourrait y avoir un autre type d’organisation, cependant, nous comprenons que cette pandémie n’est pas propice aux célébrations », a indiqué Pedro Jesus, représentant du Alto do Pina Gymnasium, le collectif qui organise la marche dans le quartier et qui fête ses 110 ans ce année. .

S’adressant à l’agence Lusa, Pedro Jesus a déclaré qu’à la suite de l’annulation des festivals de Lisbonne, le gymnase Alto do Pina « n’organisera rien de particulier », mais il prévoit de marquer Santo António le samedi 12 juin avec « une sardine ouverte à certains membres et quelques marcheurs et comité de marche », avec environ 25 personnes.

« Toujours dans les conditions imposées par la DGS [Direção-Geral da Saúde] et très modestement », a affirmé le représentant, assurant que l’événement « ne sera pas un arraial, ni une retraite populaire ».

A propos du soutien de la mairie de Lisbonne de 15 000 euros pour chaque marche, Pedro Jesus a déclaré que l’argent « sera utilisé pour couvrir les dépenses de la communauté elle-même ».

« Nous avons été pratiquement fermés pendant un an, mais avec des dépenses courantes, qui doivent être couvertes, et la communauté n’a pas généré de revenus, nous comprenons donc que ce soutien est un soutien à la survie même des communautés de culture populaire à Lisbonne », a-t-il déclaré. déclaré.

La mairie de Lisbonne prévoit également d’allouer 2.000 euros à chaque promoteur de camps populaires qui étaient habituellement licenciés, suite à la décision d’interdire ces activités cette année, en raison de la pandémie de covid-19, mais le représentant a expliqué que ce soutien est apporté aux collectivités. qui sont également associés au concours organisé par l’Entreprise d’Equipement et d’Animation Culturelle (EGEAC).

« Depuis 2013, le Gym d’Alto do Pina ne concourt pas, donc il n’est pas couvert », a-t-il souligné.

Après deux ans sans les marches, Alto do Pina ne profitera pas du travail qu’elle avait développé en 2020, considérant que « les thèmes sont faits en fonction du sentiment ressenti chaque année ».

« Depuis ce panorama de la dernière année et demie [de pandemia] changé un peu ce sentiment, changeons notre thème, qui était prévu pour l’édition de l’année précédente », a révélé Pedro Jesus.

Concernant la prochaine édition des Marchas Populares de Lisboa, le représentant a fait valoir qu’« il doit y avoir une entraide entre tous les quartiers populaires, car ce qui s’est passé depuis le début de la pandémie n’a été en aucun cas positif pour la survie de cette culture populaire de quartier. de Lisbonne ».

« Cependant, puisque nous sommes dans la compétition, Alto do Pina se sent plus que motivé pour revenir, une fois de plus, pour remporter l’édition des Marches Populaires et aussi pour honorer ces parchemins de l’histoire de Lisbonne », a-t-il souligné.

Soutenant l’annulation des festivités en raison du contexte pandémique, sans oublier « la perte de nombreux proches et amis », Pedro Jesus a exprimé l’espoir que l’année prochaine, en 2022, les Festas de Lisboa puissent à nouveau se tenir.

En 2019, lors de la 87e édition des Marches populaires de la capitale, Alto do Pina a remporté le concours, se distinguant dans la catégorie chorégraphie, défilé sur l’Avenida da Liberdade, costumes, paroles et meilleure composition originale, avec « Alto lá com o Alto de Pina ».

Semblable à ce qui s’est passé en 2020, la pandémie de covid-19 a motivé la décision de la municipalité d’annuler cette année les Festas de Lisboa, y compris les Marches populaires, les Mariages de Santo António et le concours des fêtes populaires.

SSM // ROC