Ces positions sont contenues dans un message publié par António Costa sur le réseau social Twitter, après avoir présidé le Conseil supérieur de la sécurité intérieure, dans lequel le RASI 2021 a été analysé.

« La criminalité avec participation reste à des niveaux historiquement bas, y compris les crimes violents et graves, environ 10% en dessous de la moyenne des années 2016 à 2019. Le Portugal reste l’un des pays les plus sûrs au monde », a déclaré le chef de l’exécutif.

Dans son message, le Premier ministre défend que cet indicateur est « extrêmement important » pour ceux qui vivent et pour ceux qui visitent le Portugal ».

« Il est essentiel pour l’environnement d’attraction des investissements, favorisant la croissance et le progrès de notre pays », a-t-il ajouté.

António Costa a ensuite félicité « tous les professionnels des forces et services de sécurité qui, par leur engagement, leur dévouement et leur esprit de mission, 24 heures sur 24, tous les jours de l’année, contribuent à cet objectif ».

La délinquance collective, la délinquance juvénile, le vol de catalyseurs et le viol font partie des crimes qui ont le plus augmenté en 2021 par rapport à 2020, selon le RASI approuvé aujourd’hui.

Après la réunion du Conseil supérieur de la sécurité intérieure, au cours de laquelle le RASI 2021 a été approuvé, le secrétaire général du Système de sécurité intérieure (SSI), Paulo Vizeu Pinheiro, a avancé lors d’une conférence de presse quelques indicateurs « les plus pertinents » du document ., qui sera remis à l’Assemblée de la République.

Selon le secrétaire général du SSI, il y a eu l’année dernière « une forte croissance des crimes de vol, en particulier le vol de pots catalytiques », avec plus de 6 000 événements enregistrés, ce qui a grandement contribué à l’augmentation de la délinquance signalée de 0,9% .

Paulo Vizeu Pinheiro a indiqué que les délits routiers dans leur ensemble ont enregistré une augmentation de 12 %, soit 3 666 cas de plus, avec un accent particulier sur la conduite avec alcool (12,4 % de plus) et la conduite sans permis légal (12,5 % de plus).

La délinquance collective a augmenté de 7,7% l’an dernier et la délinquance juvénile de 7,3%, ce qui, pour le secrétaire général du SSI, est « un motif d’inquiétude » et « continuera à mériter une attention accrue ».

En ce qui concerne les crimes signalés aux forces et services de sécurité, en 2021, il y a eu une augmentation de la fraude informatique et des communications (7,7 % de plus), avec 1 519 cas supplémentaires, et une augmentation des crimes via les médias numériques.

Les plus fortes baisses ont été enregistrées dans la contrefaçon, le faux et le change, avec une baisse de 37,2 % en 2021 (2 192 cas en moins), les vols dans les bâtiments commerciaux et industriels avec effraction (-18,3 %), les vols de véhicules qui ont enregistré une baisse de moins 14%, ainsi que des occurrences avec ATM (moins 14 cas).

Paulo Vizeu Pinheiro a déclaré que la légère augmentation de la criminalité générale en 2021 « pourrait en quelque sorte être liée à l’assouplissement des mesures de confinement par rapport à l’année précédente ».

Le secrétaire général du SSI a également souligné que la violence domestique « continue d’être un sujet de préoccupation, malgré une baisse de 4%, bien qu’elle présente toujours des valeurs de participation très élevées », avec 26 520 plaintes en 2021.

Dans le cadre de la délinquance économique et financière, plus de 60 325 dossiers ont été initiés en 2021, soit une augmentation de 7,4% par rapport à 2020.

En ce qui concerne les crimes violents et graves, le même responsable a souligné la hausse des crimes de viol, qui ont augmenté de 26% (82 cas de plus), d’extorsion, de 19,5% de plus (129 de plus) et de vols de voiture, qui ont augmenté de 14,2%, plus 20 cas.

Les plus fortes baisses sont survenues dans les vols dans les stations-service (26,3 % de moins), les cambriolages à domicile (-22,5 %), les vols à l’arraché (-20,9 %), les vols sur la voie publique (-8,3 %) et les homicides volontaires (-8,6 %).

Les crimes violents et graves représentent 4 % de tous les crimes signalés et faisant l’objet d’enquêtes.

PMF (CMP) // JPS