« Lors de ce voyage en Roumanie et en Pologne, le Premier ministre aura également l’occasion de promouvoir l’approfondissement des relations bilatérales, ainsi que la discussion de sujets à l’ordre du jour européen, dans les contacts avec les dirigeants des deux pays », se réfère dans le déclaration publiée aujourd’hui par le bureau d’António Costa.

Dans le programme de voyage du chef de l’exécutif portugais, outre les aspects militaires et humanitaires liés à l’accueil des réfugiés, « il y aura aussi un volet business ».

Le 15 avril, le chef de l’État, Marcelo Rebelo de Sousa, a présidé la cérémonie de départ des 222 soldats portugais de la force nationale qui participent à la mission de dissuasion et de défense de l’OTAN à l’aéroport Figo Maduro de Lisbonne.

Une cérémonie à laquelle ont assisté la ministre de la Défense, Helena Carreiras, le chef d’état-major général des forces armées, l’amiral António Silva Ribeiro, et les chefs d’état-major de l’armée, de la marine et de l’aviation.

Le même jour, António Costa a enregistré une vidéo dans laquelle il s’est dit « absolument certain qu’une fois de plus » ces soldats « donneront du prestige aux forces armées et au pays » et a rappelé que peu de temps auparavant, il s’était rendu à Santa Margarida pour assister à un exercice de cette nature dans le cadre du processus de préparation de la mission.

Après cette visite aux troupes portugaises, le chef de l’exécutif portugais part jeudi pour la Pologne, où il restera jusqu’à vendredi – un voyage dont la principale préoccupation est l’aspect humanitaire à la suite de l’intervention militaire russe en Ukraine.

« Dès le début, le Portugal a participé à la vague de solidarité à l’échelle mondiale envers le peuple ukrainien, non seulement en fournissant un soutien matériel, humanitaire et militaire, mais aussi en accueillant des réfugiés ukrainiens et dans le cadre des sanctions qui sont mises en œuvre. .]imposée au régime russe. La visite du centre d’accueil des réfugiés permettra de valoriser l’effort d’un des pays qui est en première ligne et qui a accueilli le plus de réfugiés », a déclaré l’exécutif dans un communiqué.

En ce qui concerne le programme provisoire de ces voyages en Roumanie et en Pologne, António Costa arrivera à Bucarest mercredi à 19h00 heure locale, après quoi il aura un dîner de travail offert par le Premier ministre roumain, le général Nicolae Ciuca.

Jeudi matin, il participera à une réunion plénière avec le gouvernement roumain, à l’issue de laquelle un accord de coopération bilatérale dans le domaine de la Défense sera signé.

Ce matin-là, le chef de l’exécutif portugais aura également des entretiens avec le président de la République de Roumanie, Klaus Iohannis, et avec le chef de la Chambre des députés, Marcel Ciolacu, arrivant en début d’après-midi à la base militaire de Caracal. Une visite au cours de laquelle, au début, il sera accompagné du président de la République et du Premier ministre de la Roumanie.

Avant de partir pour Varsovie, António Costa participe à un déjeuner tardif avec les soldats de la mission portugaise.

Peu après son arrivée à Varsovie, jeudi soir, le Premier ministre participera à un dîner avec des hommes d’affaires portugais.

Vendredi, le point de départ du programme sera une rencontre avec le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, avec, à la fin, des déclarations communes à la presse.

A 11h30, António Costa doit arriver au stade national de Varsovie, où est installé un centre d’accueil des réfugiés.

PMF // JPS