António Correia de Campos, 77 ans, ancien ministre de la Santé des gouvernements PS et ancien président du Conseil économique et social (CES), était l'invité de cette semaine de l'émission d'entretiens VISÃO «Irrévocable». Très critique à l'égard de la lettre adressée cette semaine au gouvernement et signée par des fonctionnaires de l'Ordre des médecins, il affirme que tant cet organe que son homologue d'infirmières «se sont professionnalisés en critiquant le gouvernement». Sur la question de fait, recours ou non à des particuliers, pour compléter le National Health Service, dans la lutte contre la pandémie, affirme que le NHS s'est toujours articulé avec le secteur privé et que cela continue de se produire. Mais il ajoute: «Les particuliers sont disponibles pour recevoir des patients non-Covid… Eh bien, nous aimerions qu'ils soient disponibles pour recevoir des patients Covid…».

L'ancien ministre est contre une négociation «nationale» qui nivelle les prix payés, par patient, au privé, pour le coût de chaque patient dans le NHS: «C'est que les privés n'ont pas de servitudes que le public doit avoir. Le public ne peut pas fermer les services les moins rentables et même lorsqu'une urgence ferme huit heures par nuit, c'est une calamité nationale. Et le public doit avoir des recherches, des stages d'étudiants en médecine, etc., et doit accueillir tous les types de patients. Les prix contractés avec des entreprises privées doivent être différenciés et définis au cas par cas par les hôpitaux ».

Correia de Campos admet que la situation qui s'est produite lors de la réalisation du Grand Prix de Formule 1, en Algarve, a pu échapper au contrôle des autorités, attribuant au manque de bon comportement civique l'affluence des foules lors de l'événement. Et il s'attend à ce que le gouvernement, à l'avenir, soit plus exigeant, prônant des mesures impopulaires et même des manifestations dans la rue contre ces mesures, "comme cela s'est produit dans d'autres pays".

Concernant le vote du Bloc de gauche contre le budget, sous prétexte de l'échec du renforcement du SNS, il reconnaît certaines raisons aux bloqueurs. Par exemple, "la question de l'exclusivité" n'a pas été résolue. Et il fait valoir qu'il serait possible d'allouer des fonds dépensés sur des services externes pour renforcer la rémunération des professionnels. Mais il rejette le «fondamentalisme» du Bloc, en ce qui concerne l'appréciation exclusive du SNS, sans tenir compte de l'importance du secteur privé.

Il admet qu'il y a toujours eu des tensions au PS concernant les politiques de santé, et rappelle même les difficultés créées par des personnalités comme Antóno Arnaut ou Manuel Alegre, lorsque, en tant que ministre, il entendait moderniser le NHS. Aux élections présidentielles, il annonce qu'il votera pour Marcelo Rebelo de Sousa.

Pour écouter sur Podcast:

Buzzsprout

Spotify

iTunes

Le contenu de Correia de Campos: «Les ordres de médecins et de patients se sont professionnalisés en critiquant le gouvernement» apparaît d'abord dans Visão.