Le ministre de l’Environnement et de l’Action pour le climat a admis qu’il n’était pas très optimiste quant au prochain sommet des Nations Unies sur le climat, notant que certains des pays les plus importants ne se sont pas encore engagés sur des objectifs plus ambitieux pour lutter contre le changement climatique.

« Je ne suis toujours pas très optimiste, mais cela ne veut pas dire que les choses n’iront pas mieux d’ici là », a déclaré João Pedro Matos Fernandes dans une interview à l’agence Lusa à propos de la 26e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies. sur le changement climatique (COP26), qui se déroulera du 31 octobre au 12 novembre dans la ville écossaise de Glasgow.

Il s’agit « d’une COP plus importante que toutes les autres », puisque près de 200 pays ont signé l’Accord de Paris, conclu en 2015, pour limiter le réchauffement climatique d’ici la fin du siècle, alors que les pays devraient prendre davantage d’engagements objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. et s’éloigner de la production d’énergie à partir de combustibles fossiles.

« Il y a quelques jours, 75 nouvelles déclarations d’engagement devaient encore être délivrées », dont trois en provenance de pays responsables d’une grande quantité d’émissions de carbone : l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, a indiqué le ministre.

Matos Fernandes a reconnu qu’il « n’a pas de réponse » à l’objectif effectif d’augmentation de la température mondiale d’ici 2100 qui sortira de Glasgow : « 2,5 degrés d’ici la fin du 21e siècle, avec ces nouveaux engagements, c’était en fait un grand saut effronté. Serons-nous capables de ce nombre ? Je ne suis pas sûr ».

« Si nous ne pouvons pas [as contribuições nacionais mais ambiciosas], la COP, autant on peut dire que ça s’est bien passé, ça n’ira pas aussi bien que ça », a-t-il prévenu.

Le Portugal se présente à Glasgow comme « le pays qui a été le premier au monde à dire qu’il serait neutre en carbone [em 2050] et le pays qui a présidé l’Union européenne lorsqu’il s’est engagé à être le premier continent neutre en carbone en 2050 et, après cela, à avoir des émissions négatives », a soutenu Matos Fernandes.

En 2015, dans le cadre de l’accord de Paris sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’engagement portugais était de réduire les émissions de carbone de 40 % d’ici 2030. Désormais, cet engagement est de 55 %.

Le Portugal se rend également à la COP26 avec l’engagement de « dans dix ans contribuer avec 35 millions d’euros au financement des pays en développement qui doivent aussi faire un voyage pour parier sur les énergies propres ».

« Beaucoup de ces pays, en particulier ceux d’Afrique qui parlent portugais, ont déjà de sérieux problèmes d’adaptation et sont déjà bien conscients des conséquences du changement climatique », a déclaré le ministre.

Le financement climatique, visant à créer les conditions de la transition énergétique vers les sources renouvelables, sera toujours « le dossier le plus brûlant » à Glasgow, comme cela s’est produit lors des précédents sommets sur le climat, a estimé Matos Fernandes, qui a souligné un autre sujet qui « doit se calmer » : la transparence .

« Une fois pour toutes, nous devons avoir des règles qui soient les mêmes pour le Portugal, les États-Unis d’Amérique ou la République centrafricaine sur la comptabilisation des émissions », a-t-il prôné.

Le Portugal défend que les crédits d’émissions polluantes générés depuis le protocole de Kyoto de 1997, « devraient tous être jetés car les valeurs qu’ils ont sont très discutables, avec des métriques très étranges, pas très transparentes et difficiles à comparer maintenant ».

« Nous avons toujours une position de négociation, mais notre position d’entrée est que ces crédits n’ont aucun sens », a renforcé le ministre de l’Environnement.

Matos Fernandes a estimé qu’« il est inévitable qu’une COP soit encore plus difficile en temps de crise énergétique, car cette crise n’a rien à voir avec la durabilité ».

« L’électricité est devenue plus chère parce que le gaz naturel, qui est un combustible fossile, est devenu plus cher. Les carburants sont plus chers parce que le produit d’origine – le pétrole – est plus cher », a-t-il déclaré.

« Il est essentiel que chacun s’engage, également pour des raisons de baisse des prix et pour des raisons de stabilité des prix, à évoluer très rapidement vers un monde neutre en carbone. Pour l’avoir, il faut vraiment atteindre 2050 avec un monde plus électrifié et avec 100% de l’électricité produite à partir de sources propres », a-t-il défendu.

Tout en considérant que « le discours apocalyptique n’ajoute rien » à l’effort pour un meilleur environnement, Matos Fernandes a reconnu qu’« une position plus alarmiste a été décisive pour sensibiliser les citoyens ordinaires ».

« On ne peut jamais créer un discours de ‘ça n’en vaut plus la peine’, on doit retirer ça de la table et, parfois, l’alarme peut faire trouver cet alibi à certains. Rien [país] on devrait s’excuser auprès des autres pour ne pas le faire », a-t-il conclu.

APN // JMR