Selon un communiqué publié par le Faro GNR, deux hommes, âgés de 34 et 42 ans, ont été constitués en défense, âgés de 34 et 42 ans, qui étaient déjà des détenus purgeant des peines pour d’autres crimes à la prison de Vale de Judeus, à Alcoentre, dans le Lisbonne quartier. .

La force militaire explique que, dans le cadre d’une enquête qui a eu lieu « il y a environ quatre mois et dans laquelle 30 fraudes qualifiées ont été enquêtées, avec un profit de plus de 27 mille euros, pour les suspects », l’armée de la GNR a exécuté deux mandats .]pour fouiller les cellules des deux détenus.

Au cours de l’opération, ils ont saisi « un téléphone portable, deux cartes SIM et diverses notes liées aux escroqueries menées par les suspects, à savoir, des relevés de noms, valeurs et coordonnées bancaires des personnes lésées ».

Les suspects se sont « fait passer » pour des inspecteurs de l’Autorité de sécurité alimentaire et économique (ASAE), de l’Autorité des conditions de travail (ACT) et d’autres entités, et depuis la prison, ils ont téléphoné à des établissements commerciaux à travers le pays, notamment des restaurants.

Les détenus et désormais prévenus ont invoqué l’existence d’irrégularités dans les établissements contactés et ont demandé le « paiement immédiat d’une amende », par virement bancaire, afin d’éviter une prétendue inspection des lieux aux conséquences plus graves.

Les fraudeurs présumés font l’objet d’une enquête dans le district de Faro parce que c’est là que les premières plaintes ont été déposées au sujet de leurs activités illégales, mais plus tard, il a été constaté que les appels avaient été passés dans des établissements à travers le pays, a déclaré une source du GNR dans des déclarations à Lusa. .

Selon cette force militaire, l’enquête sur cette affaire a eu la collaboration de la Direction générale de la réinsertion et des services pénitentiaires et a été dirigée par deux procureurs du Département d’enquête et d’action pénale (DIAP) de Faro, et les faits ont été signalés à le Tribunal Judiciaire de Faro.

La GNR en a profité pour mettre en garde contre ce type de fraude, soulignant que les entités officielles d’inspection ne contactent pas les personnes ou les établissements « par téléphone » avec des « menaces d’inspection » ou tout autre type d’action.

Cette force de sécurité conseille, dans le cas de contacts de ce type, de demander l’identification de qui est à l’autre bout de la ligne et son lieu de travail, puis de confirmer auprès du service concerné ou d’exiger une notification officielle.

FPB // MAD