Le centenaire des commémorations de la naissance de Cruzeiro Seixas (1920-2020) s’achèvera le 3 décembre avec la plus grande exposition de l’artiste, réunissant 160 0œuvres à la Société nationale des beaux-arts (SNBA), à Lisbonne, a annoncé aujourd’hui l’organisation.

L’exposition, intitulée « O Sentido do Encontro », sera présentée par la Fondation Cupertino de Miranda, en collaboration avec le ministère de la Culture, en partenariat avec la SNBA, réunissant sept entités qui entendent faire vivre l’œuvre et la mémoire de l’artiste.

L’initiative implique également la Bibliothèque nationale du Portugal, le Centre portugais de sérigraphie, le Centre d’art moderne — Museu Calouste Gulbenkian, et le Musée national d’art contemporain du Chiado, d’où proviennent les pièces de Cruzeiro Seixas.

Artur Manuel do Cruzeiro Seixas est décédé en 2020, à seulement 25 jours du centenaire de sa naissance.

Cette exposition réunira quelques-unes des œuvres les plus importantes de Cruzeiro Seixas, accédant aux différentes techniques développées par les surréalistes, en particulier le «cadavre-exquis», inventé par les surréalistes français en 1925, que les surréalistes portugais ont poursuivi, à la fois dans l’expression plastique et dans la littérature.

Le cadrave-exquis était une technique artistique collective, qui utilisait généralement le papier plié en autant de parties que les participants qui, sans voir ce que l’artiste précédent avait dessiné, ramassant juste quelques lignes et formes qui atteignaient la limite du pli, devait lui donner une continuité, sans aucune limitation d’imagination.

Cette technique s’affirmait comme un « acte de liberté » pour les surréalistes, et s’appuyait également sur l’automatisme et le subconscient, dont le résultat serait le fruit du hasard pour la construction d’une image ou d’un poème visuel sans le contrôle de la raison .

Les objets exposés sont également un jalon dans l’œuvre de Cruzeiro Seixas, décédé à l’âge de 99 ans, ainsi que les dessins à la plume et la technique du collage.

L’exposition qui clôture le centenaire mettra également en lumière son voyage à travers l’Afrique, avec de petites sculptures ethnographiques, et des œuvres réalisées lors de son passage sur ce continent.

Il comprend également ses « Not Daily Diaries », un enregistrement de souvenirs, de projets et d’idées, utilisant essentiellement un collage de fragments d’expériences, créant un espace de pensée avec de simples allusions quotidiennes à ce qui se passait dans son univers personnel et professionnel.

Le film de Cláudia Rita Oliveira « As Cartas do Rei Artur » sera également projeté, dédié à l’artiste, que beaucoup appelaient maître, et qui a été honoré par diverses entités, notamment au siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture ( UNESCO), à Paris, en mai dernier, avec l’exposition « Cruzeiro Seixas — Teima em ser poésie », organisée par la Fondation Cupertino de Miranda.

En 1999, l’artiste a fait don de sa collection artistique à la Fondation Cupertino de Miranda, à Vila Nova de Famalicão, qui sauvegarde, expose et publie l’œuvre de ce nom fondamental du surréalisme au Portugal, auteur d’un vaste ouvrage dans le domaine de le dessin et la peinture, ainsi que la sculpture et les objets/sculpture, en plus de la littérature, avec un vaste travail poétique.

Cruzeiro Seixas a eu une longue carrière artistique, commençant par une phase expressionniste, une autre néoréaliste et une autre, commençant à la fin des années 1940, plus longue dans le mouvement surréaliste portugais, aux côtés de Mário Cesariny, Carlos Calvet, António Maria Lisboa, Pedro Oom et Mário-Henrique Leiria .

C’est ce mouvement artistique qui émerge au début du 20ème siècle, qui va révolutionner l’art, qui provoque en lui une passion ardente pour la création qu’il entretient jusqu’à la fin de sa vie. En 2011, dans une interview à l’agence Lusa, il déclarait, avec conviction, à propos du Mouvement surréaliste : « Jusqu’à aujourd’hui, rien ne s’est mieux passé ».

Artur Cruzeiro Seixas a laissé une vaste œuvre dans les arts visuels et visuels, et était également un poète prolifique.

En 2020 sort le deuxième tome de son « Obra Poética », avec le sceau de Porto Editora, organisé par Isabel Meyrelles, autre nom incontournable du surréalisme portugais, ainsi que l’ouvrage « Eu Falo em Chamas », du Cupertino de Fondation Miranda.

En octobre de cette année-là, toujours en vie, Cruzeiro Seixas – né le 3 décembre 1920 à Amadora – a été distingué par la Médaille du mérite culturel, pour sa contribution à la culture portugaise.

L’exposition « O Sentido do Encontro » s’ouvre le 3 décembre, à 18h00, à la Société nationale des beaux-arts, à Lisbonne, et sera présentée jusqu’au 26 février 2022.

AG // MAG