Les données sont contenues dans le Compte général de l’État (CGE) 2021, remis aujourd’hui au Parlement, qui détaille que les charges des administrations publiques pour les contrats PPP s’élevaient à 1 542,1 millions d’euros, soit 0,3 % (soit 5,2 millions d’euros) en dessous du montant estimé dans le rapport sur le budget de l’État pour 2021 (OE2021).

En comparant 2021 à l’année précédente, les charges de l’État pour les contrats PPP ont toutefois augmenté de 4,7 % (soit 68,6 millions d’euros).

Selon le CGE 2021, l’écart en 2021 par rapport au montant budgété résulte d’un ensemble de facteurs, avec une moindre exécution des redevances dans les secteurs routier et sanitaire, partiellement atténuée par une moindre exécution des recettes du secteur routier.

En ce qui concerne le secteur de la santé, il y a eu une exécution inférieure de 35,5 millions d’euros (-12,8%) par rapport à la prévision de l’OE2021, un écart qui est essentiellement dû aux baisses enregistrées dans les paiements contractuels des hôpitaux de Cascais et de Loures (22 millions d’euros), la non-survenance de paiements de rapprochement dans les hôpitaux de Loures et Vila Franca de Xira (22,2 millions d’euros) ; et, à l’inverse, des versements de rapprochement et de protocoles (non budgétés) effectués aux Entités de Gestion d’Etablissement (EGEst) de l’Hôpital de Braga, pour un montant de 9,6 millions d’euros.

En ce qui concerne le secteur routier, le niveau des charges nettes a été supérieur à la valeur estimée dans l’OE2021 de 31,7 millions d’euros (2,6 %), reflétant la baisse du montant des recettes (en 51,3 millions d’euros, exécution budgétaire de 86 %) avec, en sens inverse, la valeur la plus faible des charges brutes (19,6 millions d’euros, exécution budgétaire à 99 %).

Concernant la baisse du chiffre d’affaires, « elle est due à des changements législatifs concernant l’introduction de nouvelles remises de péage (avec un impact quantifié à 36,8 millions d’euros) et à une reprise plus lente que prévu du trafic routier compte tenu de la poursuite du covid ». -19 pandémie », dit-il.

Le CGE 2021 précise également qu’en ce qui concerne les charges brutes, l’évolution est principalement due à deux effets qui agissent en sens opposé : d’une part, à un montant de charges effectivement supporté moindre avec la réalisation de grosses réfections de chaussée par rapport à la valeur prévu dans l’OE2021 et, d’autre part, à un volume de charges supérieur au budget.

Cependant, en ce qui concerne les autres secteurs à partenariats intégrés dans les domaines ferroviaire, aéroportuaire et maritime, l’exécution budgétaire des dépenses nettes conjointes a été inférieure de 1,6 million d’euros aux prévisions.

En comparant l’année 2021 à l’année précédente, la hausse est essentiellement due à l’augmentation des coûts constatés dans le secteur routier, de 139,8 millions d’euros, partiellement atténuée par une réduction des coûts avec le secteur de la santé (de 76,8 millions d’euros). ).

Le CGE précise qu’en comparaison avec l’univers des partenariats déclarés au cours de l’année 2020, en 2021 le contrat de concession pour l’exploration de l’Océanarium a été inclus dans l’ensemble des partenariats déclarés.

AAT // JNM