Le Banco de Portugal (BdP) devrait revoir la soi-disant « période de dégoût » applicable lors de la transition entre les fonctions de régulateur à des entités réglementées, d’auditeur ou même non réglementées. Objectif : ne pas permettre à l’embauche, bien que conforme à la loi, d’entraîner des conflits d’intérêts potentiels, comme c’est le cas d’anciens responsables de BdP qui ont supervisé les derniers jours de la vie de BES et ont fini par travailler pour un auditeur et consultant PwC qui fournissait des services au superviseur dans l’évaluation du solde d’ouverture de Novo Banco.

C’est l’une des recommandations du rapport préliminaire de la commission d’enquête à Novo Banco, où le rapporteur socialiste Fernando Anastácio conclut que plusieurs situations d’alternance entre l’exercice de fonctions dans le régulateur, dans la banque et les auditeurs ont été identifiées, notant que ces situations soulèvent des « contraintes » et sont perçues comme « un facteur de discrédit des institutions et de leurs professionnels ».

« Il est recommandé à la BdP de revoir la dite ‘période de dégoût’ applicable lors du passage de régulateur à régulé, sans préjudice du schéma suivi par le Mécanisme de Supervision Unique – MSU, qui s’avère insuffisant », souligne le rapport qui a été présenté ce mardi 20 juillet aux députés, après plus de trois mois d’auditions qui se sont déroulées au parlement.

Dans le document, le rapporteur adjoint recommande également que « la possibilité d’appliquer ce régime dans la transition entre le régulateur et les entités non régulées ou pour les activités non soumises à régulation exercées par les entités régulées soit également envisagée, afin de ne pas permettre la contractualisation, bien que selon la loi, il ne présente pas le même problème de conflit d’intérêt potentiel ».

La version préliminaire du rapport CPI à Novo Banco révèle que plusieurs déposants ont signalé des difficultés résultant du cumul des fonctions à la BdP et en tant que participant au MUS (Single Supervision Mechanism) ou à l’autorité nationale de résolution. Sur ce point, ajoute-t-il, la Cour des comptes a déjà recommandé la séparation de ces deux fonctions, et cette recommandation a été renforcée dans le cadre de l’audit qu’elle a effectué sur le financement de la NB.

En septembre de l’année dernière, une « période de dégoût » de trois ans a été approuvée, mais dans le sens inverse : pour ceux qui ont travaillé dans la banque commerciale et veulent passer à la BdP, et les politiciens peuvent continuer à passer directement au régulateur financier, comme arrivé avec Mário Centeno.

Le PAN, le parti qui a initié en mai 2020 la révision de la législation sur la nomination du gouverneur et des autres administrateurs du BdP, a proposé une « période de dégoût » de cinq ans pour ceux qui ont exercé des fonctions dans la banque commerciale, les auditeurs ou les consultants, mais aussi au gouvernement (premier ministre, ministre des finances et secrétaires d’État aux finances).

Les « portes tournantes » étaient le thème du CPI

Les soi-disant « portes tournantes » ont fait l’objet des travaux de l’éventuelle commission d’enquête parlementaire sur les pertes enregistrées par Novo Banco et imputées au Fonds de résolution. Dans le collimateur des députés se trouvaient d’anciens responsables de la BdP qui ont supervisé les derniers jours de la vie de BES – Pedro Machado et Luís Costa Ferreira – et qui ont quitté le régulateur en 2014 pour travailler chez l’auditeur et consultant PwC qui fournissait des services au superviseur dans le évaluation du solde d’ouverture de Novo Banco.

« Sans être formellement qualifiées d’empêchements, plusieurs situations d’alternance entre l’exercice de fonctions dans le régulateur, dans le régulé, chez le commissaire aux comptes, ou dans des entités non régulées voire dans des domaines d’activité non régulés dans ces entités ont été identifiées », lit dans le rapport, où le rapporteur adjoint, Fernando Anastácio, souligne que « ces situations soulèvent des contraintes évidentes et sont considérées par l’opinion publique comme un facteur de discrédit pour les institutions et leurs professionnels, avec une incidence particulière dans le domaine financier ».

En mars, Novo Banco Luís Costa Ferreira, actuel directeur de la Surveillance prudentielle de BdP (un poste qu’il a repris en 2017 après avoir quitté le régulateur en novembre 2014) et Pedro Machado, actuel directeur, ont été appelés à la tête du CPI. et ancien directeur adjoint du département de contrôle prudentiel, qui a démissionné de ses fonctions de superviseur en octobre 2014 pour rejoindre l’auditeur et consultant PwC – qui travaillait avec le superviseur dans l’évaluation du solde d’ouverture de la nouvelle banque.

À l’époque, les députés ont confronté Luís Costa Ferreira avec son départ pour PwC et son retour au Banco de Portugal deux ans plus tard. L’actuel directeur de BdP a défendu l’inexistence de tout conflit d’intérêts, et rappelé les règles strictes de la banque centrale.

Le directeur et directeur adjoint du département de contrôle prudentiel (DSP) du Banco de Portugal, Luís Costa Ferreira et Pedro Machado, ont démissionné de leurs fonctions de contrôle en octobre 2014. Les deux responsables ont rejoint le consultant de PwC. Environ deux ans plus tard, Luís Costa Ferreira et Pedro Machado sont revenus au Banco de Portugal, en 2017, « à l’invitation d’Elisa Ferreira », comme il l’a dit, à la suite du départ de Carlos Albuquerque, qui a laissé à l’époque le directeur de tutelle de BdP à un institution financière (CGD).

En mars de cette année, le CPI de Novo Banco a appelé le chef du département de surveillance bancaire de Banco de Portugal, Luís Costa Ferreira, qui est devenu responsable de la surveillance directe de BES en juillet 2013.

Luís Costa Ferreira a défendu le rôle du Banco de Portugal dans la supervision de BES, qui a été critiqué par le rapport Costa Pinto. La supervision du Banco de Portugal à BES était « énergique, affirmée et même intrusive ». Et il a souligné qu’en 2013 « une analyse particulièrement exigeante » a été menée sur les principaux groupes économiques endettés envers la banque (ETRICC 2), qui a été approuvée par le Conseil d’administration de Banco de Portugal le 11 septembre 2013.

Chez PwC, Costa Ferreira était responsable du domaine des risques et de la réglementation et a travaillé avec plusieurs banques nationales. « C’était pour la plupart des banques ». CGD, BCP, BPI (et filiale angolaise BFA), Montepio, Finantia et Novo Banco font partie de ceux pour lesquels il a travaillé en tant que consultant. Il prétend qu’il était limité par le devoir de secret, de sorte qu’il ne pouvait pas transmettre d’informations sensibles auxquelles il avait accès au superviseur.